Sur le RING

Cocorico enroué pour le Puy du Fou

SURLERING.COM - FRANCE - par Maximilien Friche - le 28/04/2012 - 17 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

L’oxymore est incontournable pour qualifier les réactions françaises au sacre du parc d’attractions du Puy du Fou comme meilleur parc du monde. En effet, rarement silence n'a été aussi assourdissant. Frédéric Mitterrand n'a rien dit. Bruno Retailleau, le Brutus vendéen, n’a rien dit. Valéry Giscard de Vulcania n’a rien dit. René Monory n’a rien dit, mais lui c’est normal puisqu’il est mort. Et pourtant, le parc vendéen du Puy du Fou a reçu samedi 17 mars, à Los Angeles, le Thea Classic Awards 2012 par l'association internationale des parcs à thèmes. Traduction : l’oscar des oscars des parcs d’attractions au niveau mondial, devant 700 parcs et spectacles d'une quarantaine de pays.



The Artist is Philippe de Villiers

Le silence est peut être dû à la lassitude des Français de gagner des récompenses internationales depuis The Artist avec Jean Dujardin, on se grise facilement... Nous ne pouvons pas croire que le parc fondé en 1989 par l’homme politique Philippe de Villiers soit boudé et méprisé par le corps intermédiaire journalistique dans une optique militante. Ce serait faire affront aux professionnels de la propagande. Nous ne pouvons pas croire non plus que les mondes politiques, culturels et éducatifs aient renoncé délibérément à se réjouir pour une victoire française. Ce serait faire affront aux nombreuses préoccupations on ne peut plus graves et sérieuses qui les hantent en ces temps de campagne électorale. La personne de Philippe de Villiers n’a rien à voir avec le silence médiatique, c’est une question de conjoncture. Si Philippe de Villiers avait joué le rôle muet (fantasme de ses contradicteurs) à la place du Dujardin, tout le monde aurait sans doute fait une standing ovation bruyante. Quoiqu’il parvienne assez bien à se taire en n’étant plus candidat.

En guise d’ovation, Villiers et ses collaborateurs se sont juste contentés de celles de Steven Spielberg et de George Lucas. Il ne sert à rien de réveiller un corps intermédiaire qui dort à Paris. A Los Angeles, le président du jury a simplement dit que le Puy du Fou faisait partie du « patrimoine mondial des spectacles qu’il faut avoir vus.» Pour un parc simplement géré par une association, bien à l’abri des subventions publiques et privées, concurrencer avec son petit budget les mastodontes type Disney, c’est apporter la preuve de la primauté de la créativité et de la culture dans le divertissement. Cela fait plusieurs années que les Etats Unis entre autres viennent essayer de comprendre le fonctionnement à la base du succès du Puy du Fou, et demander aide et conseils pour l'export de ses innovations. Il n’y a finalement qu’en France que l’on méprise le succès vendéen et que l’on méprise souvent le succès tout court.

Une arche pour l’histoire de France

Ce qui est évidemment précieux dans ce parc d’attractions, c’est le condensé de notre culture. Le parc commence avec la fin de l’empire romain et la naissance de la civilisation chrétienne, et il s’achève avec le chemin de la mémoire, l’attraction historique du parc, illustrant le génocide vendéen commandité par la république naissante. La Cinéscénie, le grand spectacle du soir, quant à elle, pousse l’histoire jusqu’à la seconde guerre mondiale. Peu importe où s’arrête notre histoire d’ailleurs. Peu importe quand la France est morte. Ce qui est certain c’est que le divertissement créé par Philippe de Villiers représente un conservatoire de notre culture, de notre histoire. Divertir en enseignant ? Ce n’est même pas aussi prétentieux et c’est sans doute supérieur. Bien sûr les parcs d’attractions sont méprisables, bien sûr nous sommes dans la société du divertissement et des festivals, bien sûr nous sommes dans ce qu’aurait pu vomir et moquer Philippe Muray. Bien sûr. Mais si on disait que le Puy du Fou a vocation à être une arche… Si on prenait conscience que la civilisation française est en voie d’extinction et que son prolongement, sa survie est un vulgaire parc d’attraction, cela pourrait pousser certains à faire la queue grégairement pour prendre un ticket et monter dans l'arche en marche.

Le déluge pourrait être représenté par la politique du Grand Remplacement de notre population. Ce serait faciliter le travail des obsédés de l’antiracisme. Nous préférons donc considérer que le déluge se manifeste par les multiples raisonnements anti français, anti occidentaux, et antichrétiens, de la France qui ne s’aime plus, de cette France révolutionnaire bâtie sur la haine d’elle-même, de cette France qui ne souhaite plus être désirée tout en organisant 365 jours par an de portes ouvertes. Le déluge est aussi celui des pardons pour la colonisation, pour la Saint Barthélémy, pour les croisades, pour la collaboration, pour Napoléon, pour la guerre d’Algérie, pour ne pas être rayée de la carte.

Le Puy du Fou force au contraire le coq gaulois à bomber le torse. S’il ne reste que ça, un parc d’attractions, de notre grande civilisation, c’est sans doute pathétique, dérisoire et même humiliant. Néanmoins les Puyfolais (1) incarnent une mémoire, en vrai 3D puisqu'elle est en chair et en os, une sorte de civilisation de sauvegarde, une arche culturelle, disons-le. Le pathétique ne vient pas du parc mais de la France elle-même qui pousse quelques courageux donquichottesques à y réfugier leur mémoire. Le Thea Classic Awards ne peut pas avoir été insensible, au-delà des prouesses techniques du Puy du Fou, à la richesse culturelle d’un tel projet.

Un modèle de société


L’ironie n’est jamais absente de l’actualité et surtout de la réalité. Imaginez : le parc du Puy du Fou reçoit l’oscar des oscars des parcs d’attractions, par ailleurs son créateur Philippe de Villiers est vu dans son pays comme un nationaliste non fréquentable, et le modèle économique créé autour du parc présente tous les aspects d’une société moderne, socialement équitable, et économiquement performante. Insupportable réalité paradoxale ! D’abord, le parc appartient à une association. Cette association est celle qui organise le grand spectacle du soir de la Cinéscénie depuis 1978 (2). Le spectacle avec 1200 acteurs sur une scène de 23 ha a fonctionné sur le principe du bénévolat. Son succès a permis d’engendrer une entreprise comme le parc d’attractions. Les chefs du jour se trouvent dirigés parfois par leurs employés le soir pour la Cinéscénie, dans une réversibilité très professionnelle. L'entreprise du parc a permis de hisser  l’artisanat au niveau de l’excellence avec 60 savoir-faire ou technologies de spectacle où les Puyfolais sont pris en référence mondiale. En 1998, des académies juniors ont été fondées pour former les futurs techniciens et artistes du Puy du Fou. Le puzzle sociétal est ainsi assemblé et permet la croissance.

Bref, au-delà du parc d’attractions, un modèle social a été créé. On pourrait même dire, si on considère les changements de rôles entre le jour et le soir, un modèle de révolution permanente à faire pâlir Mélenchon...  Tous les concepts modernes sur la solidarité intergénérationnelle, sur l'économie responsable, sur le développement durable, etc. toutes ces idées "nouvelles" qui s'habillent si facilement de dialectique moralisante semblent s'incarner sans grand discours dans ce coin de Vendée. En toute modestie, Villiers, The Artist qui a écrit l'ensemble des spectacles depuis 35 ans, a créé également une société, un monde de laboratoire où se rencontrent une économie vertueuse, une organisation politique équilibrée, un projet culturel ancré dans les racines locales. Le ciment de cette réussite est d'une évidence arrogante pour les ennuyeux fonctionnaires parisiens de la culture : l'attachement à un territoire et le souffle d'un homme.

Maximilien Friche

(1) Le mot désigne l’ensemble des bénévoles qui font avancer le spectacle
(2) L’aventure du Puy du Fou – Philippe de Villiers – Albin Michel - ISBN-10: 2226158669


Toutes les réactions (17)

1. 22/03/2012 16:31 - commequidirait

commequidiraitTout à fait d'accord avec votre article.
Le Puy du Fou est une vraie réussite et l'on a du mal à comprendre ce mutisme...
Pour une fois qu'il existe un spectacle qui n'est pas abêtissant... Il faut croire qu'il n'est justement pas assez bêtifiant...

2. 23/03/2012 11:55 - EMROLED

EMROLEDC'est vraiment le cas de dire que "nul n'est prophète en son pays" ! Navrant.
France, qu'es-tu donc devenue pour omettre ainsi de fêter dignement le talent reconnu de tes enfants ?

3. 23/03/2012 16:25 - Ldelattre

LdelattreExcellent article ! Je suis tout à fait d'accord avec vous quand vous dites que le talent n'est pas reconnu en France. Le Puy du Fou en est la preuve (Et "The artist" aussi.) Les grosses entreprises devraient prendre exemple sur ce modèle sociale (surtout en temps de crise !) et en plus, lorsque l'on s'y rend, on a vraiment pour son argent ! Certaines personnes sont un peu bornés également... Ils se font une fausse idée du Grand Parc. Un parc sur l'histoire, juste avec des spectacles... Certains doivent garder un goût amer de leurs cours d'histoire... Bref, ce parc et son histoire est une bénédiction et il mérite largement son prix !

4. 24/03/2012 15:25 - AGECANONIX

AGECANONIXReconnaître la valeur française, tout à fait d'accord; celle d'une région, oui aussi.
Mais remettons aussi ce qui doit être à sa place, et apprécions les éloges tout en sachant raison garder.
Remercier les fondateurs du parc est nécessaire, tout comme il serait profitable d'assister quelques peu aujourd'hui ceux qui en ont la direction artistique et scénaristique. Un vent de modernité serait salutaire pour l'ensemble du Parc, pour ceux qui y travaillent comme pour les spectateurs. Mais la royauté n'est-elle pas toujours de mise en pays Chouan, alors que 1789 et quelques têtes ont trépassés ?!
Que le Puy du Fou travaille en vrai collaboration avec ceux qu'il sollicite; que les artistes soient revalorisés, tant par leurs émoluments que par leur compétences; que l'on privilégie réelles qulifications au lieu d'esprit bassement puyfolais; que les dirigeants écoutent et acceptent que des non-puyfolais peuvent avoir de meilleures idées; et ce jour là, on aura vraiment, Le Grand Parc du Puy du Fou !

Ceci étant dit, Félicitations pour "The Thea Classic Awards 2012",
à tous les intervenants du Puy du Fou !

5. 25/03/2012 10:26 - franck

franckVous avez entièrement raison sur 2 points notamment.
D'abord, le nombre de Français géniaux ignorés par leur pays d'origine est une constante en France. Ainsi le mathématicien Benoît Mandelbrot a dû s'exiler aux Etats-Unis pour donner mesure à son talent alors qu'il était très attaché à la France.
Ensuite il est remarquable de constater que ce parc est la mise en pratique évidente du concept de finance socialement responsable, des SEL, de développement local socialement et écologiquement responsable, etc. Bref, l'obsession de la "gauche". Pourtant, la "gauche" n'en parle pas. En effet, la personnalité de son initiateur et l'absence de propagande gaucho-compatible de ce parc le rendent infréquentable. Les gens de "gauche" sont souvent des tartuffes et/ou des naïfs qui souvent vénèrent le patron de cette société dont l'emblème est un fruit qui était pourtant un obsédé du contrôle (du salarié, du cadre et du consommateur), un grand malade qui aboyait sur ses salariés et cadres quand ils ne les virait pas du jour au lendemain en les couvrant d'insultes et qui trouvait parfaitement normal d'exploiter des centaines de milliers d'esclaves qui fabriquent sans protections des joujoux pour des salaires de misère. Bref, l'"homme" de "gauche" préfère un joujou polluant, fermé et esclavagiste à un spectacle socialement et écologiquement responsable mais pas en phase avec ses postures idiotes utiles du capitalisme.

6. 26/03/2012 11:17 - SERVIN

SERVINCà fait 200 ans que çà dure! Depuis les impressionnistes! Seul l'art officiel a le droit d'exister! L'art d'état qui nous couvre de ridicule aux yeux du Mon Dentier. J'en sais quelque chose à titre personnel. Notre seul espoir étant que nos réalisations artistiques sont reconnues ensuite par l'étranger... on peut toujours rêver!. Ne pas oublier que le Vicomte a été Secrétaire d'état à la culture et qu'on l'a laissé sur le bord de la route pour lui préférer quelques guignols bien en cours!
SERVIN Plasticien

7. 26/03/2012 12:54 - Céleste Bulkeley

Céleste BulkeleyLe terme "parc d'attraction" utilisé ferait sans doute bondir Philippe de Villiers, pour qui cela désigne les parcs à manèges, horreur absolue pour la culture ... Mis à part ce terme qu'il faudrait remplacer par "parc à spectacles", c'est un article parfaitement juste : comme ç'a été dit plus haut "nul n'est prophète en son pays" ! Cette récompense couronne le travail réalisé depuis trente ans et c'est un vrai bonheur de se voir enfin hissés au sommet, aux côtés des plus grands.
Pour autant je rejoins Agecanonix dans le fait que les compétences de chacun ne sont pas forcément utilisées au mieux au Puy du Fou, pour des questions de relations, de préférence de telle ou telle personne ... Une ouverture aux idées de tous, pas seulement aux traits de génie des dirigeants mais d'abord aux remarques de ceux qui travaillent au quotidien au contact du public, de ceux qui jouent dans les spectacles, permettrait d'améliorer sensiblement la qualité des animations et du Parc en général.
Le Puy du Fou emploie 1000 saisonniers qui ont tous des compétences particulières dans leur domaine, et s'appuie sur 3200 bénévoles. Écouter ceux qui le font vivre et tenir compte de leur expérience, voilà le prochain défi à relever.

8. 27/03/2012 09:04 - SERVIN

SERVINje m'excuse de revenir mais il faudrait savoir ce que vous voulez. c'est une réussite couronnée au niveau international, on doit s'en réjouir. Je regrette de ne pas l'avoir vu étant trop fauché pour aller si loin dans ma France à moi. Cela dit ils ont fait çà eux même et ils sont maitre du jeux et ils le font évoluer comme ils l'entendent. Que le jeux doive évoluer c'est la loi artistique pour ne pas se scléroser. Mais ceux qui sont extérieur (les saisonniers) qui ont de bonnes idées n'ont qu'à monter leur structure et exploiter leurs idées. Nous avons tous besoin que les choses évolues dans le bon sens. mais dès que çà marche il y a une flopée de parasite qui se précipite pour profiter de la réussite en exigeant quoi? j'en sais quelque chose quand j'ai animé mes émission et mes soirées de poésie etc... à Paris dans les années 80. toute une faune se précipitait sur moi pour en profiter. Retroussez donc les manches et au boulot on a besoin que les expériences se multiplient en dehors du système étatique si vos idées sont valables elles réussiront le Puy du Fou nous le prouve. Ne critiquez pas ce qui marche c'est leur truc à eux, inventez le votre et longue vie au foldingues...

9. 27/03/2012 14:30 - Céleste Bulkeley

Céleste BulkeleySi je me permets de faire cette remarque c'est parce que j'y ai moi-même travaillé ... Bien évidemment, la réussite du Puy du Fou est extraordinaire, et y participer est un grand plaisir. Seulement, si l'ensemble donne une impression de perfection, il y a des millions de petits détails qui pourraient être améliorés. Il arrive que le Parc reçoivent des courriers de visiteurs qui sont venus voir les spectacles et les ont beaucoup apprécié, mais qui, par leur formation d'historien, de professionnel du spectacle ou autre, remarquent des incohérences ou des "fausses notes" dans les scénarios, détails qui sont parfois notés par les acteurs eux-mêmes ...
Voilà donc pourquoi je suis bien sûr toujours aussi admirative devant toutes le réalisations du Puy du Fou (et comment ne pas l'être !), tout en soulignant que des améliorations sont encore possibles.

10. 28/03/2012 09:34 - SERVIN

SERVINles remarques de Céleste Bulkeley sont recevable; à chacun de juger. Je soulève un autre problème que je considère plus grave. Je vis dans la montagne perdue, je n'ai pas de télé par conviction, je n'ai de contact qu'avec la radio et je n'ai pas grand choix. J'écoute la radio nationale et je suis abreuvé de chansons en anglais. les droits d'auteur partent à l'étranger. Or ces mêmes radios nationales malgré sa réussite n'ont pas parlé du Puy du Fou dont les droits restent en France. Ce qui nous ramène au problème de départ: on ne soutient pas nos artistes même les plus valables et on se laisse envahir par une autre culture. Ce n'est pas seulement un problème culturel mais aussi un problème économique à un moment ou on nous explique que la France est ruiné.
SERVIN Plasticien

11. 02/04/2012 11:32 - MAYA

MAYATrès bel article M. Friche!
Notre actuel Président de la République serait bien inspiré d'aller faire son "chemin de la mémoire" en cette période de désamour de la France, lui qui a choisi eurodisney pour poser en 2007 avec sa nouvelle conquête...
Villiers The Artist et champion du développement rura(b)le! Allez faire un tour du côté du Puy du Fou. Il y a trente an il n'y avait que des vaches. Depuis des PME ont poussé comme des champignons. Les agriculteurs ont ouvert des gîtes ruraux littéralements pris d'assaut à la belle saison. La population augmente et nombre de métiers jamais présents en pleine campagne sont apparus. La classe quoi car Villiers le poète à fait de la Vendée selon son expression "une terre de réussite" justement parce qu'il n'est pas économiste.

12. 17/04/2012 21:57 - Hubert

HubertLe Puy du Fou "socialement équitable"? Quelle blague, on y paie une fortune les quelques spécialistes indispensables et on surexploite les petites mains. "Ah non tu peux pas mettre que t'as bossé 13 heures d'affilée sur la feuille de pointage, c'est pas légal" "Non c'est pas compté comme des heures sup', c'est juste pas payé. Au fait, tu peux revenir dimanche?"

Sans parler de cette imposture qu'est le "bénévolat". On ne réquisitionne pas les gens 15 soirs en 3 mois sous prétexte de bénévolat. Le bénévolat j'y vais quand je veux et dans la mesure de mon emploi du temps.

C'est une très bonne chose que ce parc et ce qu'il représente ait gagné ce trophée, mais ne faites surtout pas du Puy du Fou un modèle social et égalitaire.

13. 20/04/2012 13:39 - Jérémie CUNAUD

Jérémie CUNAUDMonsieur Friche,

Merci pour cet article qui flatte mes racines vendéennes. Lecteur, moi-même de Philippe Muray, je regrette sincèrement cet abandon de toute fierté nationale au profit d'un multi-culturalisme qui ne séduit que notre élitocratie. Malheureusement, l'époque est au dégoût de soi, et de tout ce qui fait notre fierté d'appartenance. Pire encore, l'appartenance à une minorité médiatiquement approuvée, constitue un label qui autorise cette même fierté. Ce mépris de bien-pensance concernant le Puy du fou est une évidence. Elle représente l'ostracisme auquel "l'empire du bien" nous oblige. J'ai l'impression, aujourd'hui, que seuls, les écrivains, par amour de notre langue, nous rappellent l'importance de notre civilisation.

14. 01/05/2012 12:05 - SERVIN

SERVINd'accord avec toi Jérémie. Rien à rajouter sauf que moi je ne connais pas Philippe Murray mais j'en connais d'autres .

15. 02/02/2013 22:49 - mag

magQuel excellent article Monsieur ! Je vais le faire circuler par ma fille sur facebook ! Ces médias aux ordres des politiques UMPS , évitent toujours soigneusement de parler de Philippe De Villiers . Un grand homme! Votre article lui rend hommage , je l'admire ,et je vous en remercie ,vous aussi vous avez beaucoup de talent!

16. 07/02/2013 16:09 - egidio

egidio
bravo pour le Puy et bravo Monsieur FRICHE

notre France d'aujourd'hui, encense la médiocrité ( ex= le rapp )
ce qui est beau est raillé, ou ignoré
heureusement qu'il existe quelques ilots de résistance. Pour combien de temps?

17. 31/05/2013 14:34 - VICBAS13

VICBAS13Bravo Pilippe et merci revien vers nous
victor

Ring 2012
Maximilien Friche par Maximilien Friche

Directeur littéraire aux éditions Ring. Ring Wall of Fame.

Dernière réaction

Tout à fait d'accord avec votre article. Le Puy du Fou est une vraie réussite et l'on a du mal à comprendre ce mutisme... Pour une fois qu'il existe un spectacle qui n'est pas abêtissant... Il...

commequidirait22/03/2012 16:31 commequidirait
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique