Sur le RING

Happy Mondays : Arlésienne Made in Manchester

SURLERING.COM - SOUNDTRACKS - par Gaël Giovannelli - le 19/12/2011 - 6 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

C’est l’Eternel Retour, mais sans l’esprit. Et de lettres, ils n’en ont retenu que trois, celles formant le sigle M.D.M.A. Ahuris un temps bénis de la pop anglaise, les matins joyeux ne cessent de reporter leur résurrection vers la nuit obscure de l’oubli. Pour notre bien.



Pauvre Tony Wilson. Il doit se retourner comme une toupie dans sa tombe. Son cauchemar reprend du service. Déjà sur les routes (ou mordant la chaussée, c’est selon), les Pieds Nickelés de la pop sous ecsta reviennent. Pour se remplir les poches. Quel producteur malade et masochiste a bien pu avoir cette idée saugrenue ? Connait-il les Happy Mondays ? S’est-il renseigné ? Quelqu’un a-t-il prévenu leur manager Warren Askew ?

 Les Happy Mondays, c’est La Nuit des Morts Vivants+ Dumb & Dumber  x  vtre pire réveillon. Soit une bande de décérébrés noceurs aux commandes de votre compte en banque et de votre patrimoine. Il ne leur a pas fallu plus de cinq ans pour totalement ruiner Wilson, et fermer l’Hacienda. Tout cela en un album. Belle preuve de gratitude ; merci les gars, c’était sympa.

Step On


Pourtant, les Mondays, c’avait plutôt bien commencé. Au mitan des 80’s, le Club Hacienda de Manchester est the place to be. En bons prolos piliers de comptoir, Shaun Ryder et son « groupe » viennent se présenter à un crochet musical-et écluser quelques Lager. Soigneusement bourrés, ils arrivent logiquement derniers, mais Wilson, bon fond et fin limier, a senti le potentiel médiatique et populaire derrière la grande gueule de Shaun. Il leur fait signer leur premier simple, Delightful.

Le talent musical du groupe étant tout relatif, Tony Wilson n’a d’autre choix que de vendre son nouveau produit avec un bel emballage, celui qui fait imprimer la presse et vendre les tabloids. En 1987, alors que les Happy Mondays s’apprêtent à jouer au New Music Seminar de New York, Wilson déclare, face à un parterre de journalistes cois, qu’ils ne sont « qu’une bande de dealers de drogue ». Evidement avec des formules pareilles, le public branchouille se rue. En effet, c’est une bande de drogués…qui jouent. On ne sait pas (à) quoi, mais ils jouent. Techniquement faibles, vocalement hasardeux, La seule attraction visuelle est l’agitation désarticulée de Bez, bonhomme aux yeux rouges de lapin défoncé, secouant ses maracas et ce qui sert de résidence à ses quelques neurones survivants. Mais la sauce prend. On est dans les 80’s, à l’apparat, au « plastic face », et la légende des frasques junkies des Happy Mondays donne bien le change, fait vendre, donne un fond supplémentaire à des textes déjà largement chargés (sexe, drogues, sexe, drogues…). Hors scène, Ryder passe pour un grossier et vicelard meneur d’une troupe de tarés qui essaye de penser, élaborant des propos insensé ponctués d’onomatopées sous l’effet des psychotropes,  déstabilisantes pour ses interlocuteurs. Nick Kent brossa un portrait grimaçant et effrayant de cette « génération débranchée »**.

Twistin’ My Melon, Man !

Le succès est là, et en fait les temps changent. Même à Manchester-la-grise. L’Hacienda est au cœur de cette révolution, la dernière révolution musicale et culturelle d’ampleur qu’ai connu l’Angleterre. Alors que l’Albion de Thatcher s’enfonce dans le Statu Quo -sans doute en hommage à son Prince Charles qui en a fait son groupe préféré, ceci expliquant cela- et bute contre un post-punk sans fin, une génération de petits morveux vont profiter de la baisse des coûts des vols charters en direction d’Ibiza. Le paradis baba-cool est en train de virer en club à ciel ouvert. Tous les dj du monde se doivent d’y passer, tremplin décisif pour leur carrière. Picole, danse, sexe, et une nouvelle friandise qui vous colle le sourire pendant des heures-avant la terrible redescente. Un smiley à gober : l’ecstasy. Drogue de synthèse que les ados britanniques vont ramener dans leur poches, avec le son Ibiza dans le walkman.

En 1987 donc, deux groupes émergent à Manchester : les Happy Mondays, et leurs rivaux, les Stone Roses. Beaucoup plus musiciens et inspirés que les précédents- il suffit de voir le nombre de compositions largement pompées au catalogue de la musique anglo-saxonne par les Mondays, de Lazyites à Harmony, de Beatles en Velvet), ces deux-là ont un point commun affiché : la drogue. Mais à un point !



Twenty-four Hour Party People

Bez n’est ni musicien, ni même danseur professionnel, son seul rôle est de fournir officiellement le groupe en substances diverses et de profiter de la fête-et du cash. Shaun Ryder  a pratiqué le deal dans sa prime jeunesse « rien de dangereux ; juste de la cocaïne, de l’acide et de l’ecstasy »* ! Mani des Stone Roses était aussi dealer, il finançait son trafic en revendant des Rolex volées contre de l’ecstasy directement à Amsterdam, c’est par lui que cette drogue est arrivée jusqu’à Manchester. Et aux portes de l’Hacienda. Pour en contaminer toute la faune en quelques semaines. Auparavant, le club recevait deux types de clientèles : les prolos des usines en semaine qui écoutaient le rock mancunien et la musique à la mode en se saoulant en règle,  le week-end, une classe plus sélecte prenait possession des lieux. New Order généralement clôturait avec un live, puis on balançait de la house-music, et on sortait les pailles. L’Ecsta à tout changé : les prolos se sont défoncés, les gens se sont mélangés et tout le monde à dansé sur le même rythme.



De 1987 à 1990, c’est un vrai Age d’Or qui s’ouvre pour Manchester, le « Village » vibre sur une autre onde, on abandonne le pardessus frileux et la déprime au profit de l’hédonisme insouciant procuré par l’ecstasy-qui deviendra un véritable fléau national-, les lunettes de soleil et le baggy. Tout le monde en Loose Feet. Les Happy Mondays sont la couleur locale, et élabore leur rock funky mâtiné de pop et de house (Step On, Kinky Afro), alors que les rave-parties poussent comme des champignons…dans la campagne anglaise. Comment Wilson a-t-il persuadé John Cale le méthodique de produire leur premier album, mystère. Gérer cette bande d’imbéciles heureux et mal élevés fut une corvée, mais le zen, qu’il pratique assidument, lui permettra d’accoucher de Squirrel & G-man Twenty Four Hour Party People Plastic Face Can’t Smile (white out). Ouf ! Suivra Bummed en 1988, en plein Summer of Love.



Les Happy Mondays remplissent leurs poches et celles de Factory Records. Wilson, du coup, comme un père à qui l’on ramène des bonnes notes, ferme les yeux sur les graves problèmes d’addiction à l’héroïne de Ryder ; les autres ne sont pas en meilleur état : coke, herbe, acide, angel dust (très en vogue à New York). Mais le groupe travaille et en 1990 sort Pills’n’Thrills and Bellyaches, qui est encore considéré comme leur meilleur album, voire un des 50 plus grands albums de rock… Il grimpe directement au numéro 1des charts. Précédé en 1989 par l’album Madchester Rave On, qui contient leur sommet, cette petite perle d’ Hallelujah ( on se demande encore comment des têtes d’épingles pareilles ont pu composer un morceau aussi maîtrisé), Pills… devient le manifeste de ce Madchester coloré et allumé grouillant de musiciens, d’artistes graphistes et de DJ’s. L’Europe, le monde marche à l’heure Madchester. La ville est prise d’une forme de folie. Les premiers drames se produisent, puis la confusion, le doute. Et la gueule de bois après la grande « party ».



Dysfunktional Unkle

Les Mondays ? Ils ont fait ce pour quoi ils ont été programmés : tout foutre en l’air. Cure de désintox’ ou pas, Shaun Ryder et Bez font régulièrement la Une de la presse anglaise avide de scandales ; ils posent notamment en tenue d’Adam pour Penthouse avec de jeunes filles toutes en Eve. Pour le successeur de Pills…, c’est aux Caraïbes que Wilson envoie le groupe, officieusement pour éloigner Shaun de l’héroïne…qu’à cela ne tienne, ce sera sans l’héroïne. Surtout qu’il y a du crack d’excellente qualité là-bas. Les sessions sont un fiasco artistique et personnel complet : accidents de voiture à répétition : huit véhicules anéantis par Bez (qui roule sans permis) qui s’arrange pour se casser les deux bras, et échappe de peu à l’amputation d’un. Les membres sont dépassés, le cerveau et l’inspiration ramollis, les conflits surgissent. Départs et retours. Yes, Please ! sort malgré tout. Four commercial, gouffre financier. L’album le plus cher pour un indépendant (2.5 milions de francs à l’époque, 381 000 euros) provoque le dépôt de bilan de Factory, alors que l’Hacienda venait de fermer ses portes. Manchester, clap de fin.

Sans maison de disques, les Happy Mondays se séparent. Shaun Ryder continue à faire parler de lui dans la presse : procès, divorce, abandon de sa famille, il vole une Lada ( !) à un curé (!!) et provoque un accident grave, prend la fuite…parce qu’ivre. Malgré Black Grape, le groupe formé en 1995 avec une partie des Mondays, et un succès considérable avec It’s Great When You’re Straight…Yeah ! (menteur), Shaun est devenu un adipeux has-been (il attaque le quintal avec aisance) drogué et dépressif, proche de l’amnésie (son autobiographie sortie cette année, Twisting My Melon, est un collage de « plusieurs mémoires », rarement la sienne est mise à contribution) qui tente pathétiquement de rester en selle. Le monde du show bizz étant cruel, pour lui, c’est l’extinction des feux de la rampe. Une tornade est passée.

Alors attention !,  producteurs, tourneurs, patrons de maisons de disques : s’il vous apparait être une bonne idée d’exploiter le filon de la nostalgie pour faire un hold-up, comme avec les Stone Roses cette année précisément, revoyez votre contrat d’assurance. Repassez toutes les clauses en revue. Les Happy Mondays, s’ils sont, semble-t-il, cleans, n’en sont pas moins restés des trouble-fêtes. Quatre reformations depuis 1999, aucun concert digne de ce nom de toute leur carrière, des problèmes avec le fisc jusqu’à aujourd’hui encore-la raison véritable de cette reformation-, une fâcheuse tendance à annuler les concerts (cette semaine, Toulouse, le Batofar à Paris, en tout six dates depuis le début de cette « tournée » de rodage) et un karma en berne. Certes les frangins Ryder, Shaun et Paul, bassiste, se sont rabibochés, et le line-up proposé est celui des origines. Mais est-ce un bien ? Pour nous, pour la musique? Qu’espérer des Happy Mondays aujourd’hui, même sous ecsta ? Que peuvent-ils bien faire de dangereux, de subversif ? Rien. C’est notre époque. The Boys are Back…so what ?

Gaël Giovannelli

Happy Mondays, en tournée en 2012…ou pas.
 

*Les Inrockuptibles, n° 27, janvier-février 1991.
**L’envers du Rock, Nick Kent, Austral 1996


Toutes les réactions (6)

1. 19/12/2011 10:37 - Claude

ClaudeEn 2007 au Japon:
http://www.youtube.com/watch?v=mufzZ5eiDBs
Plus rien.

2. 19/12/2011 12:18 - Jarvis

Jarvis"C'est notre époque"..... mais quelle époque? S'il y a bien une époque de Plastic faces c'est bien aujourd'hui. Rien n'est plus clean, lisse et prévisible que notre époque et lire ces frasques de rock star has been m'amuse beaucoup plus que la bio de Lady gaga ou de n'importe quel groupe british contemporain.

"aucun concert digne de ce nom de toute leur carrière"
Ouais, ils n'ont certes pas fait Wembley mais je me souviens d'un concert où ils ont joué dans une Cigale comble il y a 3-4 ans, dans une ambiance décomplexée, relaxe et même plutot cool.
Les gens sont sorti satisfait.
Peut-être moins quand ils ont retrouvé la réalité des rues parisiennes et la morosité générale ambiante.

3. 19/12/2011 22:59 - Armand Durand

Armand DurandLes Lundis Heureux ne sont peut-être pas, à mon sens, le meilleur groupe de l'époque Madchester (c'est le fan indécrottable de New Order qui parle !!!). Mais probablement le plus emblématique du mouvement, c'est certain.

Je crois que Shaun Ryder s'était paumé dans une émission de télé-réalité il y a quelques années.

4. 19/12/2011 23:07 - Pete Doherty

Pete DohertyFuck me the mondays are cool as fuck man !

5. 23/12/2011 18:42 - Jarvis

JarvisLe gros Shaun était même dans un clip de Gorillaz :

6. 14/01/2012 22:09 - bak

bak...en tout cas ce retour lui aura payé un nouveau clavier carrément rutilant, au père Shawn...Je sais pas si c'est fait exprès mais on voit que ça sur la photo en-tête ! Rutilant ! Et 'faut se rappeler la bouche d'égout qu'il se trimbalait...

Ring 2012
Gaël Giovannelli par Gaël Giovannelli

Directeur littéraire. Ring Wall of fame.

Dernière réaction

En 2007 au Japon: http://www.youtube.com/watch?v=mufzZ5eiDBs Plus rien.

Claude19/12/2011 10:37 Claude
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique