Sur le RING

La Mafia, chers Corses, on vous l'envoie par coursier ?

SURLERING.COM - FRANCE - par Xavier Raufer - le 21/11/2012 - 4 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Toujours plus formatés par la cybernétique, les grands quotidiens d'information semblent désormais incapables de s'extraire de l'instantané, d'inscrire leur réflexion dans la temporalité. Au-delà d'un tropisme bobo-gauche caviar, cela conduit ces journaux à émettre des jugements plutôt malheureux - quand ils ne sont pas carrément consternants.



Exemple : la réflexion - la même bien sûr, dans tous ces quotidiens, prise sous la dictée du ministère concerné : "comme c'est drôle ! La "délinquance" (noter ici l'évitement bienséant du mot 'crime') baisse, alors qu' augmente le sentiment d'insécurité! Suivez mon regard-bobo : des beaufs et autres attardés ont plus peur que voici un an, alors qu'entre temps, ce qui les effarouche a diminué" ! Conclusion : voilà bien la peur irrationnelle et futile de simplets affolés par les sirènes extrémistes.
Sauf que bien sûr, ce raisonnement à courte vue théorise en paradoxe sa propre ignorance, en oubliant une cruciale disposition de l'esprit humain, connue de quiconque étudie la temporalité : l'orientation en-vue-de. Car toujours, l'être humain réfléchit et agit d'usage, en-vue-de. Si l'étudiant travaille, c'est en-vue-de réussir des examens, préludes à sa carrière. Si le couple économise, c'est en-vue-de s'offrir une voiture ou des vacances. Et ainsi de suite.

Ainsi, comme nul être humain au monde ne songerait à préparer un voyage avec un guide touristique périmé, il ne regarde jamais non plus les statistiques criminelles passées - ou de n'importe quoi d'autre, d'ailleurs - pour se dire ensuite "Ah, sympa ! La criminalité a baissé en 2011, donc j'aurai moins peur en 2012". De toute éternité, la sagesse humaine sait que prolonger les courbes ne décide pas de l'avenir - et le raisonnement à plat, sans orientation temporelle, moins encore. Donc quand on l'interroge sur l'insécurité, le citoyen moyen ne se rue pas sur les statistiques (en hausse ou en baisse, qu'importe) de 2011 pour, de là, envisager 2012. Tout au contraire puise-t-il dans son vécu quotidien (la "sphère des évidences courantes" disent les philosophes) des éléments partant desquels il s'inquiète, ou non, de l'avenir. Assuré qu'il ne peut être agressé ou cambriolé dans le passé, il évalue à l'évidence des risques qu'il encourt dans l'avenir, non ceux du fugitif moment présent ni bien sûr de ceux du passé.

Les commentaires arrogants et ironiques des médias-bobo visent ainsi un raisonnement pertinent, quoiqu'instinctif : en matière criminelle, pense la population, demain sera sans doute pire qu'aujourd'hui. Voilà pourquoi augmente aujourd'hui - raisonnablement, pas hystériquement - la crainte qu'elle éprouve.

Seconde mauvaise habitude de dirigeants politiques (quels qu'ils soient) incestueusement liés aux médias : la surenchère verbale. Quand on ne peut, ou ne veut, frapper fort, on parle plus haut. Quitte, en parlant à tort et à travers, à se compliquer ensuite la tâche.

Là encore, tout le monde sait - ou devrait savoir - qu'en matière de diagnostic la nomination est cruciale - qu'elle est tout, sauf une simple argutie sémantique. Car nommer oriente décisivement l'avenir et donc, permet la solution du problème. "Panaris" diagnostique le médecin, ou bien "cancer" - et la suite, le traitement, découlent de là. C'est pourquoi il est navrant d'entendre une pléthore de ministres - et de médias bien sûr à leur suite, sans la moindre nuance critique - parler de mafia en Corse.

Car il n'y a pas de mafia en Corse, mais un milieu criminel (certes, tonique) - et même, de mafia, il ne peut y en avoir dans l'Île de Beauté. Voilà une décennie, le criminologue italien Pino Arlacchi, récent secrétaire général adjoint de l'ONU pour le crime et la drogue, a brillamment distingué entre les terres du Mezzogiorno vouées à l'agriculture (Sicile, Campanie, Calabre) et celles de pâturages et bergeries (Sardaigne). Or même un enfant sait qu'on trouve des mafias dans les premières (respectivement, Cosa nostra, Camorra, Ndrangheta) et aucune en Sardaigne non plus qu'en Corse, pour le même motif.
Erreurs d'orientation temporelle, incapacité à diagnostiquer - tels sont les ingrédients majeurs d'une future crise criminelle - bien plus que quelques chiffres issus du passé.

Xavier Raufer

NB - note pour la police de la pensée : Pino Arlacchi a longtemps milité au Parti (post-communiste) démocratique de la gauche, et est aujourd'hui député européen du parti qui défend les valeurs de la magistrature et de l'Etat de droit.


Toutes les réactions (4)

1. 23/11/2012 13:54 - Kurtz

KurtzPino Arlacchi a distingué quoi ? Cela ne me semble pas clair, quelqu'un peut il m'expliquer please ?

2. 27/11/2012 10:17 - Gary

GaryBonjour,

L'article est intéressant mais -je rejoins le commentaire précédent- peu clair à la lecture. Peut-être aurait-il fallu développer un peu plus le lien entre agriculture et mafia (et pas juste sémantiquement?)

Cordialement,

3. 30/11/2012 13:20 - Kurtz

KurtzJe crois que je viens de comprendre: historiquement les clans mafieux sont issus de "milices " privés misent en place par les propriétés latifundiaires. Celles-ci, devenues conscientes de leur force, ont commencé à s’émanciper en créant un système de "valeurs" propres et surtout au service du clan et du clan seulement. Si je comprends bien, le capital de base c'est la richesse créée en premier lieu par les revenus agricoles incomparables en terme de volume aux revenus faibles du pastoralisme. Enfin, je crois, c'est l'analyse que je propose et ne suis pas sûr que Pino Arlacchi ait développé cette thèse ? M.Raufer ? Une réponse ?

4. 01/12/2012 11:39 - Kurtz

KurtzJe crois que je viens de comprendre: historiquement les clans mafieux sont issus de "milices " privés mises en place par les propriétés latifundiaires. Celles-ci, devenues conscientes de leur force, ont commencé à s’émanciper en créant un système de "valeurs" propre et surtout au service du clan et du clan seulement. Si je comprends bien, le capital de base c'est la richesse créée en premier lieu par les revenus agricoles incomparables en terme de volume aux revenus faibles du pastoralisme. Enfin, je crois, c'est l'analyse que je propose et ne suis pas sûr que Pino Arlacchi ait développé cette thèse ? M.Raufer ? Une réponse ?

Ring 2012
Xavier Raufer par Xavier Raufer

Criminologue à la réputation internationale, écrivain, éditorialiste, docteur en géopolitique, Professeur affilié à l'Edhec, membre du Centre for the Study of Terrorism and Political Violence, School of International Relations, University of Saint-Andrews, enseignant à l'Université Panthéon-Assas, Paris II, chargé de cours à l'Institut de criminologie de Paris, depuis 1987 (cours de méthodologie), au DESS Paris II/École des officiers de la Gendarmerie nationale/EOGN-Melun, et directeur des études et recherches du Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines (études, recherches, séminaires et cours sur la criminalité organisée transnationale). En République populaire de Chine (RPC), il est professeur associé à l'École supérieure de police criminelle de Chine (Shenyang, RPC), et directeur de recherches associé au Centre de recherche sur le terrorisme et le crime organisé, Université de Sciences politiques et de Droit (Beijing, RPC).

Dernière réaction

Pino Arlacchi a distingué quoi ? Cela ne me semble pas clair, quelqu'un peut il m'expliquer please ?

Kurtz23/11/2012 13:54 Kurtz
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique