Sur le RING

Le Goncourt 2009 et son lot de scandales

SURLERING.COM - THE BOOKMAKER - par Julien Leclercq de Rubempré - le 16/02/2010 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Avant que les hordes du CRAN ne déferlent sur nous le couteau entre les dents, nous préférons annoncer d’emblée que nous n’avons aucun problème avec les « Noirs » ou les « Arabes ». Nous pouvons en effet nous agenouiller sans problème pour embrasser les pieds de Yasmina Khadra ou ceux de Senghor, ou encore ceux de Mahmoud Darwish. Le décor conventionnel planté, il est grand temps de rappeler deux ou trois choses à tous les protagonistes de ce scandale que constitue l’attribution du Prix Goncourt 2009.

 

 


Que nous sachions, faire partie de la « diversité » n’est pas une qualité littéraire. Que nous sachions, être écrivain, ce n’est pas se taire. Alors pour ces deux raisons : oui, le Goncourt 2009 est d’abord une catastrophe sur le plan éthique, et les réactions qui lui furent consécutives ont tout simplement relevé de la bêtise pure et dure. Dérive de l’antiracisme, faillite intellectuelle de la « diversité », cafouillages politiques, autant de vieux démons que seule la France sait faire ressurgir à la moindre occasion.

Un Goncourt pour un non-roman.


Marie N’Diaye a donc reçu le Prix Goncourt 2009 pour son livre Trois femmes puissantes. Le terme roman aurait été plus approprié, mais, hélas, il s’agit d’un recueil de nouvelles. Pas de pot. Rien que pour cela, ce Goncourt est caduque. Mais les médias, toujours prompts à s’agenouiller devant tout ce qui flatte leur credo bien-pensant et multiculturel (selon le terme consacré et adoubé) se sont littéralement pâmés d’émotion devant cette promotion des « minorités ». Danny Laferrière, pour le Prix Médicis, a d’ailleurs reçu le même concert d’éloges (sauf que lui écrit de bons livres, et que sa distinction est par conséquent méritée). Certains membres de l’éminent jury Goncourt ont évidemment acclamé cette ouverture à « la diversité ». Quid des qualités littéraires ? Quid des autres œuvres (des romans, au passage) mieux écrites ?

Rappelons également que l’attribution de ce Prix survenait en pleines prémisses du débat sur l’Identité Nationale. Ainsi que pendant les expulsions d’Afghans. Coup politique et médiatique, alors ? Il y a de bonnes raisons de le penser. Couronner celle qui avait déclaré aux Inrocks en août 2009 : « Je trouve cette France-là monstrueuse. Le fait que nous ayons choisi de vivre à Berlin depuis deux ans est loin d’être étranger à ça. Nous sommes partis juste après les élections, en grande partie à cause de Sarkozy, même si j’ai bien conscience que dire ça peut paraître snob.
Je trouve détestable cette atmosphère de flicage, de vulgarité… Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, je les trouve monstrueux », c’était donc surfer sur l’air du temps, s’ouvrir à la « modernité » et tout le tralala.
Le style, alors ? Bof. On repassera, hein. Marie N’Diaye, la nouvelle Victor Hugo, est exilée pour fuir la si terrible dictature sarkozyste. La France, que dis-je, l’humanité tout entière louera le courage de ces jurés qui défient le Tyran en tressant les lauriers de la résistante.

En 2008, déjà, le Goncourt avait été donné à Rahimi juste parce qu’il était afghan. Il fallait dénoncer la guerre, quoi. Parce qu’en plus d’être open, on est peace and love chez Drouant. Et tant pis si ce dernier a sorti un livre digne d’un enfant de CE1. Il était contre les atrocités de la guerre, et il était afghan : cela vaut tous les Parnasse du monde.

Eric Raoult et la mascarade politicienne.

Finalement, une des plus grosses boulettes, dans cette comédie, c’est celle commise par Eric Raoult, le fameux député UMP (physiquement, un mix entre Claude Allègre et Brialy). Ce dernier a déclaré : « Ces propos d’une rare violence, sont peu respectueux voire insultants, à l’égard de ministres de la République et plus encore du Chef d’état. Il me semble que le droit d’expression ne peut pas devenir un droit à l’insulte ou au règlement de compte personnel. Une personnalité qui défend les couleurs littéraires de la France se doit de faire preuve d’un certain respect à l’égard de nos institutions, plus de respecter le rôle et le symbole qu’elle représente. C’est pourquoi, il me paraît utile de rappeler à ces lauréats le nécessaire devoir de réserve, qui va dans le sens d’une plus grande exemplarité et responsabilité ».

En une seule déclaration, le type parvient à montrer qu’il n’a jamais lu un livre de sa vie ou (pire encore) qu’il n’en a jamais saisi la portée.
La Littérature (oui, on dégaine les majuscules) est une dame insoumise.
Monsieur Raoult a-t-il lu Céline ? Au niveau du non-respect, c’est quand même un cran au-dessus de Marie N’Diaye (et en plus, c’est mieux !).
Imagine-t-on seulement un instant un artiste complètement inféodé au pouvoir en place ? Monsieur Raoult ne devait certainement plus avoir toute sa tête à ce moment-là.

Avant, pendant, après, ce Goncourt n’était donc qu’une gigantesque farce.
Un jeu de dupes. D’un côté, une institution culturelle qui fléchit devant la dictature de la Pensée Unique. De l’autre côté, un représentant de la majorité qui se loupe totalement, et symbolise l’effondrement du symbole même de l’Art dans la parole politique. Au centre de l’arène, des jurés Goncourt éberlués et un ministre de la Culture silencieux.

Julien de Rubempré


Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Julien Leclercq de Rubempré par Julien Leclercq de Rubempré

Chroniqueur littéraire 2009-2010.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique