Sur le RING

Caroline Fourest : son improbable Kâma-Sûtra à doxoland

SURLERING.COM - FRANCE - par Pierre Poucet - le 15/05/2010 - 25 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Ce que nous dit Caroline Fourest




Si Caroline Fourest était un homme, on pourrait dire d’elle qu’elle a les couilles dans un étau. Critiquée sur sa gauche pour sa lutte contre l’islamo-gauchisme depuis 2006, sur sa droite pour ses prises de position anti-israéliennes – plus précisément anti-politique-extérieure-israélienne –, Caroline Fourest est globalement honnie par une bonne partie de l’intelligentsia française en raison de son combat contre les intégrismes religieux, chrétien, juif, ou musulman. A ce titre, Fourest a l’honneur d’être passée par toutes les positions possibles du Kâma-Sûtra intellectuel : la stalinienne, la pétainiste, l’intégriste, la pro-arabe, la sioniste… Plus récemment, un certain Paul Landau lui a proposé une  position toute avant-gardiste, une eurabienne… Autant, de qualificatifs, de pro, de contre, de pro-antis et d’anti-contre, autant de positions intenables, qui laissent songeur et invitent à méditer sur la richesse du Kâma-Sûtra intellectuel contemporain (sur ce dernier point, on peut également relever ce symptôme). Au moment où Caroline Fourest co-publie avec Taslima Nasreen le fruit d’un dialogue entre deux féministes laïques, Libres de le dire, un petit rappel des positions s’impose.
    

Le Kâma-Sûtra selon Fourest.


C’est de la pratique d’expert, faut reconnaître. Historiquement, Caroline Fourest commence son combat intello avec le provocant cunnilingus, préliminaire bien connu des adeptes du Kâma-Sûtra consistant à stimuler la vulve, le clitoris et l’entrée du vagin avec la bouche. En un mot, dès le départ Caroline est prochoice. Et féministe, grave. ProChoix, ce sera d’ailleurs le titre de la revue qu’elle fonde en 1997 avec sa fidèle partenaire Fiammetta Venner, créée au nom de la laïcité, des droits de la femme et des homos. Partie comme ça, Caroline ne s’attire pas tout à fait les sympathies de la droite intellectuelle. Et se met les anti-communautaristes sur le dos. Elle passe outre. Elle enchaîne avec un truc moins facile, un poil plus alambiqué, la fente du bambou, une position qui lui permet de s’attaquer cette fois-ci aux réseaux de la droite extrême (Le Guide des sponsors du FN), puis elle enchaîne avec la posture de l’enclume et va jusqu’au bout du sujet en mettant le doigt sur l’homophobie en France dans Les Anti-Pacs ou la dernière croisade homophobe. Problème avec cette dernière position : « la femme doit être souple. De plus, la stimulation n’est pas optimale », précise le Kâma-Sûtra. Surtout dans les années 2000, alors que la droite française prépare sa victoire aux futures érections présidentielles.

Progressivement, Caroline Fourest affine son art subtil. Elle trouve sa position préférée, avec la très classique position du missionnaire (version laïque) dans Tirs croisés, grâce à laquelle elle se stabilise un temps sur la thématique de l’intégrisme. L’avantage de cette position, somme toute assez efficace, réside dans son côté naturel, confortable, accessible à tous, sauf handicap notoire : Caroline peut ainsi élaborer une thèse – l’intégrisme est dangereux pour la laïcité. Bon… – préciser les termes du sujet – l’intégrisme, c’est « l’emprise autoritaire qu’exercent certains groupes sur la vie en société au nom de la religion ». Bien. – et se permettre quelques caresses aventureuses – l’intégrisme musulman est aujourd’hui un des trois intégrismes religieux les plus dangereux. Brrr. On frétille, on attend la suite. Car le problème avec cette position du missionnaire, c’est qu’elle reste peu originale et susceptible de devenir ennuyeuse. Caroline, enhardie, s’essaie alors à des trucs plus risqués, voire franchement underground. Elle prend tout le monde de court avec la posture de la balançoire. Ici, la femme tourne carrément le dos à son partenaire (elle peut même s’asseoir sur lui, en se servant des pieds comme appui) : c’est Frère Tariq et La Tentation obscurantiste – vilaine tentatrice, va – ouvrages dans lesquels la militante laïque titille un tabou de la gauche et s’attire les foudres d’une bonne partie de ses soutiens, Ligue des Droits de l’Homme, Monde Diplo, MRAP, altermondialistes (combien de divisions ?), le Réseau Voltaire, et même certaines féministes. C’est le début de la fin, elle est allée trop loin. A doxoland, anciennement Charlie Hebdo, célèbre boîte à idées échangiste du XXIème siècle, on l’accuse d’islamophobie, de traîtrise ; certaines boîtes tantristes parmi les plus radicales la présentent comme une porte-parole des thèses néoconservatrices pro-israéliennes… Caroline est bannie, elle perd tous ses amis. On lui refuse le tarif réduit pour femmes seules à l’entrée. On l’accuse même d’être une sioniste pro-arabe. Elle se désole d’avoir autant fricoté, d’avoir par trop joué avec les marges, les pratiques douteuses. Elle se console en se disant qu’après tout, ce n’est peut-être pas si fréquent, les sionistes pro-arabes... Mais tragédie du sort, le Kâma-Sûtra intellectuel contemporain propose peu de positions praticables pour femmes seules, écartelées entre le désir de positionnement ferme et laïque à gauche, et leur espoir de tendresse envers un « islam moderne » à droite. Que faire ?

Les mains baladeuses.


Faire un livre, pardi. Rappeler qui je suis, d’où je viens, où je vais ! Et pour cela me distinguer. Et pour me distinguer, me rapprocher.,vieille méthode aristotélicienne, exit le Kâma. D’où : Libres de le dire avec Taslima Nasreen.

On revient avec ce livre aux fondamentaux fourestiens : le missionnaire, la posture du ciseau, l’union de l’huître (critique de l’intégrisme, défense des droits de la femme, éloge de la liberté d’expression). Le tout avec la poétesse Taslima Nasreen (exilée bangladaise, traquée par des intégristes), bien plus virulente que sa compère dans la dénonciation de l'islamisme. Arrêt sur image. Tandis que Caro se limite à l’idée que le Coran n’explique pas en soi la violence de l’intégrisme islamique contemporain (l’islam en tant que religion doit être distingué de son instrumentalisation politique, l’islamisme), Taslima Nasreen, elle, en est revenue, du Coran. Ses pratiques sont carrément plus trash, osées. On commence avec la position dite de l’union du chat, vous pouvez vérifier, assez délicate, en guise de thèse principale : « L'islam ne peut pas être réformé » et la notion d'« islam modéré » n'a pas de sens. Enchaînement avec la position de l’Indra : les attentats du 11 septembre seraient la traduction directe de ce que le Coran commande de faire. … avec de telles pratiques exotiques, on devine que Taslima elle non plus ne rentre plus beaucoup dans les boîtes conceptuelles saoudiennes : « [A cause de cette religion], voilà ce que je suis à présent : une étrangère dans mon propre pays, une étrangère dans l'Inde voisine et une étrangère en Occident ». Et elle enfonce (le clou) en marquant l’absolue spécificité de l’islam aujourd’hui : « lorsque des juifs, des bouddhistes, des chrétiens ou des hindous me critiquent, ils ne mettent pas ma tête à prix. C’est toute la différence ». En un mot, le Coran est belliqueux, il est intrinsèquement violent et mortifère. Là, c’est à une spécialiste qu’on a à faire, c’est une position radicale, SM, franchement agressive, c’est la baffe, c’est l’obligation de revoir les typologies, la taxinomie et les étiquettes politiques, c’est de l’ultracisme laïque, je sais pas, c’est carrément la fameuse et impraticable position d’Andromaque, où la femme domine tout et peut « adapter à tout moment sa position pour éprouver le maximum de sensations ». Spécial big up to Taslima.

Rencart au Laïk Klub.


Les deux femmes se distinguent donc par leurs conceptions respectives de l’islamisme, et par leurs pratiques intellectuelles bien persos. Dont acte. Mais au-delà de ces divergences, elles se rejoignent toutes deux dans le combat laïque et féministe (Josiane Savigneau trouve évidemment le livre admirable). Sista Taslim’ et Caro’ se retrouvent donc tous les soirs au Laïk Klub, un bar branchouille et plutôt chouette de doxoland, mais situé dans un quartier pas forcément génial au carrefour des arrondissements communautaires et religieux – devanture régulièrement dégradée, grafs islamistes, tags homophobes, messages d’insultes. Et je raconte pas ce qui orne les murs des toilettes.

Et pourtant, malgré tout ce qu’on peut lui reprocher (cf. sur les murs des toilettes, je raconte quand même : « stal’ », « gauchiste », « chienne », « lesbienne », et cætera (1), Caroline Fourest a tout de même eu le mérite de s’attaquer à l’un des plus grands imposteurs de doxoland, Tariq Ramadan, et c’est ce sur quoi il conviendrait de s’attarder quelques temps avant de reprendre une activité normale. Vrai, on a des choses plus intéressantes à faire que de se balancer des amalgames grossiers à la gueule. Par exemple, manger des chips, ou fabriquer des colliers de nouilles.

Le XXIème siècle sera religieux, ou un peep show.


Il n’y a pas si longtemps de cela, on s’en souvient ou on s’en fout, un certain Paul Landau (Lurçat de son vrai nom) a qualifié Caroline Fourest d’ « eurabienne » – attention concept – suite à ses déclarations sur la politique de colonisation israélienne (ici). Il la soupçonnait d’être le « cheval de Troie de l’islamisation culturelle et politique de l’Europe » sous prétexte que l’intellocrate siège dans la fondation Anna Lindh, qui œuvre au dialogue euro-méditerranéen. Pour ouvrir un débat, ça ! Commencer direct et sans finesse avec la position de l’enclume, c’est ne pas connaître les usages, c’est les salir. C’est nous prendre pour des cons. C’est être simplet. Le procédé est courant, lorsqu’on est malhonnête, et il porte un nom, en rhétorique de bistrot : la synecdoque. Confondre la partie (le point de vue ponctuel sur un sujet précis, dit point G), avec le tout (l’argumentaire dont il est susceptible de constituer le pilier axiologique). Voyez, c’est con. Evacuée la nuance, oubliée la complexité. C’est tout simple, c’est le plus vieux métier du monde, c’est dans le Kâma-Sûtra des petits joueurs.

La dénonciation de la politique extérieure israélienne ne fait pas plus de vous un pro-palestinien que la critique de l’intégrisme musulman ne vous étiquette d’emblée pro-sioniste. Si l’on veut bien sortir du bafouillis conspirationniste élémentaire qui sert souvent d’outil rhétorique de base dans ce genre de débat théologico-politique houleux, et faire ça dans les règles de l’art, il faut rappeler que s’il y a bien un combat mené par Fourest depuis presque 15 ans, c’est celui de la défense de la position du missionnaire (version laïque). Point. Fourest pratique ses ébats intellectuels contre un fait politique, à savoir l’intégrisme, quel qu’il soit. Et si l’on a lu le Kâma-Sûtra de Fourest, si l’on a lu tout court, on sait que l’intégrisme n’a ni famille, ni patrie, ni dogme ; qu’il est un phénomène d’ordre strictement politique, associé à aucune religion en particulier mais à toutes potentiellement ; qu’il est la volonté d’imposer un régime totalitaire au nom de principes religieux, point. Une théocratie. C’est cela le fétiche du Kâma-Sûtra fourestien, et rien d’autre.

Caroline Fourest a en outre, faut-il le rappeler, le mérite de s’être attaquée à un imposteur déguisé en prédicateur musulman. On relira avec bonheur – et doigté – la toute fraîche réédition de Frère Tariq – subtil, tenace, documenté, travaillé – pour tenter de retrouver un peu de sérieux et de sérénité à doxoland où l’on condamne sans connaître et où le seul fait d’être trouvé « peu convaincant » à l’image dans le cadre d’un débat télévisuel formaté, réduit, calibré pour séduire et parler au plus élémentaire benêt agitant sa carte d’électeur, a valeur d’infamie et de bannissement des boîtes doxocrates échangistes les plus select. On constatera alors, le plus naturellement du monde, que le fond de la pratique fourestienne n’a pas bougé, qu’il s’est même un peu conformisé – sur ce point, le contraste avec les positions de Taslima Nasreen est extrêmement intéressant. En relisant, on constatera les plus de la traditionnelle mais pourtant si efficace position du missionnaire laïque en terrain islamiste. On verra, certes, que le partenaire, Tariq Ramadan, est particulièrement rétif, que l’héritier d’Hassan al-Banna ne résiste guère très longtemps à une traque minutieuse du double discours – pratique bien connue, mais pas du Kâma-Sûtra, dite du Taqiya chez certains musulmans. Et on terminera en beauté sur les intentions belliqueuses d’un prétendu islamiste moderniste (en réalité salafiste) qui lui aussi carbure aux techniques les plus grossières, pas gentleman ardent défenseur de la thèse du choc des civilisations –  fumeuse, qui cache une divergence d’intérêt entre clans religieux – dans lequel il entend bien mener à terme son entreprise de propagande en faveur d’un nouvel impérialisme religieux – la position dite du marteau genevois croissanté. Le tout sans Kâma-Sûtra.

On regrettera malgré tout que Caroline Fourest se cache en permanence derrière le voile pudique et somme toute assez convenu de l’humanisme, qui dit beaucoup et ne dit rien. Quoique. Peut-être une manière de se positionner toujours ferme sur le créneau athéologique – attention concept. On souhaiterait tout simplement l’entendre dire que ce qu’elle préfère, c’est tout comme moi : c’est le missionnaire.
Sans ironie, bien entendu.

Pierre Poucet


Caroline Fourest & Taslima Nasreen, Libres de le dire, Flammarion, 320 pages, 19 € 90.
Caroline Fourest, Frère Tariq, Le double discours de Tariq Ramadan, Grasset, rééd., 450 pages, 6 € 95.

 

(1) Un peu de latin, pour la classe.



Toutes les réactions (25)

1. 11/05/2010 03:37 - Roméo Joan

Roméo Joantrès bon article bien pesé et rédigé qui décortique admirablement le "parcours de la combattante".

2. 11/05/2010 04:10 - Chaud

ChaudC'est un coquin le Petit Poucet, mais face à Ramadan ou Fourest, ça serait sans doute une autre histoire !

3. 11/05/2010 09:09 - Pierre Poucet

Pierre PoucetGrave. Mais on se fendrait la poire. Enfer existe pas - stop - tu peux te dissiper.

4. 11/05/2010 11:07 - Bardamu

BardamuMerci, Grand Poucet. Toujours un plaisir de lire tes billets. Quelle orgie verbale! Un véritable gang bang idéologique à elle seule, cette Fourest. S'attirer les foudres des islamistes et des sionistes en même temps, faut le faire! Et pourtant, quel vide intrinsèque. Des couilles, beaucoup de courage mais si peu de fond dans sa pensée. Comme le disait Zemmour, Fourest est LA rebellocrate dans toute sa splendeur!

5. 11/05/2010 11:36 - Pierre Poucet

Pierre PoucetJe ne suis pas si d'accord avec toi Bardamu (quel beau pseudo, déjà dit?). Pas si vide. On ne lui demande pas d'être Schopenhauer non plus, à Fourest.
Je pense que cette nana a fait un choix politique avant de procéder à un choix théorique, point. Là elle devient discutable. Et puis vrai que ses références théoriques sont assez légères, même si je n'ai pas creusé davantage. Sur son champ théorique, on peut lire Didier Eribon, beaucoup plus costaud (mais bigrement énervant, je l'ai vu et entendu récemment dans une de ses conférences, j'avais envie de l'étrangler), avec notamment Une morale minoritaire, Réflexion sur la question gay, ou mieux (et sur un autre sujet), D'une révolution conservatrice et de ses effets sur la gauche française, chez Leo Scheer. Mais tous les deux ne font pas le même taf. Caroline se balade sur les plateaux télé - et je la plains sérieusement - Didier écrit, enseigne, parle et méprise gentiment. Tous les deux baffables, donc, si l'on es un peu sanguin.

6. 11/05/2010 11:52 - Pierre Poucet

Pierre Poucet... Si l'on est avec un T, donc. Je termine juste en louant le travail journalistique de la nana, c'est costaud, et risqué. Après, oui, c'est pas Foucault. Mais question: c'est quoi, une rebellocrate?

7. 11/05/2010 12:17 - Bardamu

BardamuSelon la définition donnée par Philippe Murray (RIP), un rebellocrate est une personne prenant une posture de rebelle tout en étant proche du pouvoir. Je suis certain que s'il était encore de ce monde, Murray aurait été d'accord avec moi. Après, c'est sûr qu'elle prend des risques, la Fourest, au risque de se mettre la droite extrême et la gauche islamophile à dos. Mais voilà, elle reste dans la tradition jacobine et humaniste française, ce qui est lassant à force.

8. 11/05/2010 12:42 - Amaury Watremez

Amaury WatremezSi elle était humaniste comme Montaigne, ce serait bien. Jacobine elle l'était, saintjustienne même. Figurez vous que je la connaissais un peu, mais nos chemins divergent de trop maintenant (et divergent c'est énorme).

9. 11/05/2010 13:02 - Bardamu

Bardamu"divergent c'est énorme"
C'est pas du Desproges dans le texte, ça?

10. 11/05/2010 13:08 - Amaury Watremez

Amaury WatremezHé si ! Bravo, je vois qu'on a les mêmes références. J'avais aussi jacobine (de cheval)...

11. 11/05/2010 13:46 - MotaOne

MotaOneQu'est-ce qu'on se poil entre couilles :) Merci pour l'article, la peinture et les fous rires. Du lourd léger, sérieux et finalement pas si important. Je crois comprendre donc que Caro' est là et tient bien son rôle. Finalement, elle fait un adversaire tout à fait respectable non ?
Quand on parle d'humanisme, je pense qu'il faudrait avant tout reparler de l'Homme. Le remettre à sa place. Le systématisme de la fraternité et du social, que voulez-vous ...

12. 11/05/2010 14:58 - Pierre Poucet

Pierre Poucet@Bardamu: ouais, lassant, mais nécessaire, encore. Et OK sur Muray, j'avais oublié ce concept (t'as entendu Luchini sur ses lectures de Muray chez Finkelkraut, fin avril? Enorme. C'est encore dispo sur les vidéos du Ring je pense.
@Amaury: j'ai voulu la caler dans le texte celle-ci, mais dix verges, c'est énorme.
@MotaOne: merci à toi. Juste, éclaire-moi sur un point: wtf is that, "Le systématisme de la fraternité et du social"?

13. 11/05/2010 16:10 - MotaOne

MotaOneC'est en quelque sorte penser la société et l'état sans l'Homme : on ne défend plus des individualités, mais des positions de principes, des postures outrées, des mass-média-attitudes. On veut donc tous nous unir dans la même soupe de société fraternelle et sociale. Mais en même temps on défini et cloisonne des catégories de bons et mauvais citoyens/lecteurs/parents/blabla : communautarisme. Et enfin, on fustige la moindre illusion mystique, divine ou religieuse. Qui est alors réac ... réfrac ... taire ?
Désolé, je cherche mes mots.

14. 12/05/2010 01:30 - Gaël

Gaël@MotaOne; c'est la parfaite définition du" vivrensemble" que l'on nous rebassine, a chaque fois que la france (désormais pour moi petit "f")fait un pas' elle risque de se casser un peu plus la gueulle de la chaise: accrochez-vous bien à la corde...

15. 12/05/2010 09:01 - Amaury Watremez

Amaury WatremezLa France sur le long terme garde un grand "F", ce n'est pas la médiocratie actuelle qui va y changer quoi que ce soit, médiocratie qui dure depuis à peu près 200 ans. Et plutôt que de se lamenter, qu'est-ce qu'on fait pour changer tout ça ? Qu'est-ce qu'on écrit pour créer une prise de conscience ? Sans se laisser enfermer dans un rôle de réac de service, ce qui pend au nez de Zemmour. Sans parler tout le temps de l'Islam, Israèl, les z-immigrés sans passer d'un extrême à l'autre etc... Quoi pour hausser le niveau du débat politique qui en ce moment est au ras des pâquerettes des z-égos ?
http://mesterressaintes.hautetfort.com/

16. 12/05/2010 09:06 - Amaury Watremez

Amaury WatremezLa position du missionnaire laïc c'est pas mal comme concept, je trouve aussi

17. 12/05/2010 11:59 - Arnaud

ArnaudLa donzelle a tout de même droit à son interview dans F.M magazine ! Ne sentez-vous rien venir ?
http://www.fm-mag.fr/article/caroline-fourest-lantidote-la%C3%AFque-face-aux-int%C3%A9grismes

18. 12/05/2010 20:06 - Viktor

ViktorBelle série de direct, Poucet. Et en douceur.

19. 13/05/2010 17:41 - Pierre Poucet

Pierre PoucetEt surtout en profondeur, comme dit le poète.

20. 14/05/2010 16:44 - René de Sévérac

René de SévéracCaro' est une fille formidable.
Elle a un but : réussir et c'est bien parti car qui l'ignore -à 35 balais, pas mal.
Il suffit de s'engager sur routes les voies "à la mode" (homo-folie, gauche -faut pas exagérer-, anti-sionisme, etc..) et faire éviter de se fourvoyer donc jouer de son joli petit minois en ayant toujours l'air de dire "vous ne m'aurez pas". Ce sourire est désarmant !
Je l'ai vue avec Ramadan qui est aussi un roublard.
Je l'ai vue avec Zemmour qui n'a pas réussi a formuler son point de vue face au sourire de la belle ; c'était top!

21. 14/05/2010 17:16 - Pierre Poucet

Pierre PoucetRené, tu kiffes Caroline ça se sent. Tu veux son mail? Son adresse? Son plat préféré?
Enjoy!

22. 15/05/2010 12:53 - C

CC'est une bonne chose de restituer la vérité sur une personne: on ne tombe pas dans la haine gratuite et surtout la critique n'en a que plus d'impact. Personnellement, ses idées progressistes extrémistes me dérangent un peu. J'ai vue la dite Fourest à la TV et à une conférence: sous ses airs de bonne dame qui défend simplement la tolérance contre l'extrémisme et tutti quanti se cache en réalité une fanatique. S'offusquer farouchement quand Ramadan dit que l'homosexualité est un péché dans l'islam me parait un peu gros: le type ne fait finalement que répéter le dogme islamique et il n'y a rien à y redire, on est musulman ou on ne l'est pas, point. Sa posture est typique du fanatique : le bon islam est celui des Lumières, c'est à dire un islam vidé de ses règles d'origine car calqué sur MON dogme. Fourest n'est pas contre les religions du moment que les religions disent ce qu'elle veut bien entendre. C'est ce côté moralisateur et faussement tolérant qui m'emmerde.

Bravo pour cet excellent article.

23. 16/05/2010 00:23 - Gaël

Gaël@Amaury, je ne me lamente pas sur la "F"rance, j'ai cessé de le faire, je n'ai pas baissé les bras non plus, j'en ai juste plus grand chose a foutre, je n'ai plus de pays, ce n'est plus celui que j'ai connu, et je ne me sacrifierai que pour mes proches.
...Ce site est une fenêtre dans le mur de béton de la geôle où l'on nous a jetés, nous, les enfants perdus de Babylone. S'il doit y avoir une prise de conscience, ca commence ici, profitez-en.
Il n'y a pas de court ou long terme. On est au terme de la france.

24. 16/05/2010 04:55 - Clark Gabeul

Clark Gabeul Si Fourest était un homme... Faut dire à René... Fourest est un homme.
Et rebellocrâte totale, effectivement une petite joueuse, au pourcentage, bourrelée d'euphémismes et parfaitement convaincue. Minimum respect donc.

25. 16/05/2010 17:12 - Amaury Watremez

Amaury WatremezA Gaèl,
Le changement commence par ses proches vous avez tout à fait raison. La France est loin d'être foutue, elle a de la ressource, ou alors c'est que, entre autres, les morts d'Ypres, le sont pour rien ?

Ring 2012
Dernière réaction

très bon article bien pesé et rédigé qui décortique admirablement le "parcours de la combattante".

Roméo Joan11/05/2010 03:37 Roméo Joan
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique