Sur le RING

Mieux vaut Qatar que jamais

SURLERING.COM - ADRENALINE - par Gwendal Plougastel - le 04/01/2011 - 1 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Jusqu’à présent, le Qatar en football, ça représentait simplement la retraite dorée de footballeurs has been en  fin de carrière, venus honorer un dernier contrat juteux, quelque part dans le désert. La désignation du Qatar en tant que futur pays hôte de la coupe du monde 2022 a soudainement mis en pleine lumière cet Emirat du Moyen Orient, tout en générant de nombreuses critiques sur ce choix de la FIFA. C’est l’occasion de tenter d’en savoir plus sur ce pays émergent et sur son potentiel. Peut-il devenir un nouveau pays fort du football moderne ?



Sports : la naturalisation pour prendre l’ascenseur

La naturalisation est un fait réel dans le monde du sport. Il consiste pour un athlète ou un sportif à changer de nationalité, arguant de quelque origine lointaine mais pas toujours réelle avec le pays qu’il souhaite rejoindre. Cette décision est en général intéressée : la promesse d’une sélection en équipe nationale est en effet souvent la carotte… Les naturalisations devinrent ainsi une tendance de fond dans les années 2000, et le Qatar ne manqua pas de saisir la balle au bond, pour tenter de doper (au sens figuré entend-on) ses résultats sportifs. Ainsi, le pays obtint pour la première fois en 2003 une médaille d’or dans des championnats du monde d’athlétisme sur 1500 mètres grâce à…un ex-Kenyan… Parallèlement, le pays essaye de devenir une vitrine mondiale du sport, en organisant de grands événements tels que le tournoi de tennis ATP de Doha ou le Grand Prix de Formule 1.

Football : stars à domicile

Les pétrodollars, ça finit toujours par payer. Le Qatar décida alors de passer à la vitesse supérieure au niveau du sport en général, mais aussi du football en particulier. Et pour le foot, il s’en remit également à l’argent pour accélérer son développement et rattraper son grand retard en la matière. A partir du début des années 2000, les clubs qataris, aussi modestes sportivement que riches financièrement, déboursèrent des sommes astronomiques pour enrôler des stars étrangères, et promouvoir ainsi le championnat local. Le challenge sportif étant pour le moins réduit, le Qatar réussit à attirer le plus souvent des joueurs au bord de la retraite, qui cherchaient un dernier challenge dans un cadre exotique, assorti d’un chèque (à défaut d’un Cheik) conséquent : Romario, Sonny Anderon, Gabriel Batistuta ou encore nos Leboeuf, Desailly et Dugarry nationaux n’hésitèrent pas à franchir le pas, et à y finir leur carrière. Le dessert dans le désert, en somme.

Mondial : ça vous la coupe


En dépit de ses investissements « humains », le championnat qatari reste d’un niveau très modeste. Il fallait donc passer à la vitesse supérieure. Si tu ne peux pas aller au monde, il faut que le monde vienne à toi. Bon sang mais c’est bien sûr : organiser la coupe du monde de football, l’un des deux événements les plus médiatiques au monde avec les Jeux Olympiques d’été. La coupe du monde se tenant au milieu de nulle part et du désert ? Tu parles Charles ! Sauf que la Fédération qatari s’est attelée le plus sérieusement du monde à la tâche, en préparant une candidature au mondial 2022 qui puisse tenir la route. L’Australie, la Corée du Sud, le Japon, les Etats-Unis : la concurrence pour l’obtention du précieux sésame s’annonçait pourtant coriace, et le Qatar avait tout d’un outsider sur le papier. Certains handicaps semblaient en effet insurmontables pour l’Emirat, en particulier pour des raisons géographiques : un pays isolé et minuscule, aux infrastructures limitées, et à la chaleur étouffante (50 degrés l’été). On a vu mieux comme environnement idéal pour accueillir le monde entier dans les meilleures conditions. Mais avec le Qatar, à chaque problème sa solution. Des températures extérieures de dingue : pas grave, les stades seront climatisés ! De plus, l’absence de culture football à l’échelle du pays est souvent rédhibitoire dans ce type de candidature. Mais au final, c’est sous forme d’un coup de théâtre que le Qatar a raflé le jackpot, avec la bienveillance de la FIFA, obtenant la majorité des suffrages lors du vote du 2 décembre 2010 pour l’attribution du mondial 2022. La Fédération Internationale, et son inusable président Sepp Blatter, se sont défendus de ce choix, arguant du fait de donner leur chance à un nouveau pays (les USA, la Corée du Sud et la Japon avaient déjà organisé une coupe du monde), et à un nouveau monde (le Moyen Orient, à la lisière de l’Afrique et de l’Asie). De là à penser que l’argent l’a emporté sur tous les autres critères et sur la cohérence globale des projets, il n’y a qu’un pas que beaucoup ont franchi, sous-entendant que la corruption soit également passée par là. La désignation le même jour de la Russie comme hôte pour le mondial 2018 a contribué à semer un peu plus le trouble dans le football mondial. En attendant, le Qatar savoure.

Les déceptions de l’ambassadeur

Pour mener à bien une campagne quelle qu’elle soit, il faut une tête d’affiche, un produit phare, une arme fatale. Et pour booster sa candidature, le Qatar a fait fort en recrutant tout simplement Zinedine Zidane. Moyennant une contrepartie financière estimée à 15 millions de dollars (toujours et encore les pétrodollars, nerf de la guerre), ZZ a en effet accepté de se faire l’un des ambassadeurs de la candidature de l’Emirat. Le Qatar aurait-il obtenu le mondial 2022 sans le poids de Zinedine Zidane ? On ne le saura probablement jamais. Mais l’apport de l’ancien numéro 10 des bleus fut considérable en termes d’image et d’aura, c’est certain. Une fois de plus, Zidane n’aura pas fait le voyage pour rien. En général, quand il est dans les parages, l’histoire ne se termine pas trop mal. Et lorsque l’homme du 12 juillet évoque avec la victoire du Qatar, le symbole du « monde arabe qui émerge », cela prête à sourire. Et du côté du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie, cela prête sûrement davantage à pleurer.

2022 : un accueil comme il se Doha ?


Les dés sont donc jetés et il ne s’agit pas d’un mirage dans le désert : le Qatar sera bel et bien le pays hôte de la coupe du monde 2022. Sur le fond (un pays minuscule, sans aucune culture du sport), comme sur la forme (jouer au foot sous 50 degrés), ce choix a surpris et majoritairement déçu. Pour faire taire les sceptiques, l’Emirat du Qatar a donc 12 années pour se préparer au plus grand événement de l’Histoire du pays. Un mois durant, le monde entier aura les yeux rivés sur cette petite presqu’île du Moyen Orient. L’occasion pour lui de passer un nouveau cap dans son développement sportif à terme, même si son isolement géographique et sa petitesse ont quelque chose de rédhibitoire. L’occasion également pour le Qatar de démontrer à la planète que, même si chacun sait que c’est l’argent qui dicte la marche du monde, cela peut être au service de projets qui en valent la peine. La FIFA a offert au pays la chance du débutant. Il l’a saisi au bond. A présent, les travaux peuvent commencer. Qatar en chantier ? Ravi de vous connaître.



Toutes les réactions (1)

1. 05/01/2011 14:51 - Barnabooth

BarnaboothOui, c'est bien de s'indigner sur l'argent qui coule à flots. Mais vous n'envisagez pas les contradictions qui vont s'approfondir pour un pays arabo-musulman et les conséquence sur ses voisins, car c'est aussi une façon de s'occidentaliser pour un pays arabe. Il convient, en stratégie politique, de voir plus loin que le porte-monnaie de Zidanne et autres chercheurs d'or.

Ring 2012
Gwendal Plougastel par Gwendal Plougastel

Après avoir vécu 3 années à Dublin (mais pas en tant qu'exilé fiscal, lui !), Gwendal Plougastel est de retour à Rennes, dans sa Bretagne natale. Aficionado de sport, il collabore pour les...

Dernière réaction

Oui, c'est bien de s'indigner sur l'argent qui coule à flots. Mais vous n'envisagez pas les contradictions qui vont s'approfondir pour un pays arabo-musulman et les conséquence sur ses voisins, car...

Barnabooth05/01/2011 14:51 Barnabooth
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique