Sur le RING

Pierre Ménès se la joue

SURLERING.COM - ADRENALINE - par Philippe Bilger - le 16/12/2010 - 9 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

On a le droit de se détendre un peu. Les journaux n'ont pas pour mission de changer le monde. Ce billet encore moins. Cela fait des mois que la présence de Pierre Ménès m'insupporte au Canal Football Club (CFC) et que j'ai à deux ou trois reprises essayé de dire qu'il y prenait trop de place. Aussi, avec quel bonheur ai-je accueilli les propos de Lionel Dutemple, l'un des auteurs des Guignols sur le site Internet du 10sport, quand il déclare notamment : "... Il a beaufisé l'antenne à un point... Il ne me fait pas rire du tout, ses blagues sont d'une lourdeur... C'est un nivellement par le bas, et ça ne concerne pas que le football" (Le Parisien).




Lionel Dutemple a totalement raison et même s'il est malséant de dire ce qu'on pense sur les personnalités à la fois sportives, médiatiques et insupportables, cela fait du bien d'entendre quelqu'un, dont l'esprit parfois est au plus haut, viser juste et toucher profond. Ce n'est pas parce que le sujet est dérisoire qu'il ne faut pas se réjouir de cette minute de vérité qui tranche sur les congratulations festives et hypocrites habituelles.

La réponse de Pierre Ménès sur son blog n'est guère convaincante. Elle manifeste encore davantage à quel point il est en même temps complexé et content de lui, trop présent et fragile. Qu'il se "foute de l'image qu'il renvoie" n'est que trop vrai, hélas ! Que les chiffres du CFC soient bons et même à la hausse ne démontre pas que l'émission plaît mais seulement qu'il s'y trouve "une curiosité" qu'on a envie de regarder et d'écouter, moins par intérêt que par une sorte de fascination qui ne relève plus du sport mais du cirque,  parce qu'ostensiblement Pierre Ménès s'évertue à mettre en scène son physique comme une suprême démonstration de son talent et de sa compétence. Qu'il ose soutenir que le traiter de "beauf" est du "pur racisme" représente un comble quand on le sent pressé en permanence de jouer sur tous les ressorts les plus vulgaires, du dénigrement le plus facile à la saillie la moins délicate, du grossier à l'inélégant. Ne laissant plus la moindre place au propre et au figuré à ceux qui l'entourent, il "bouffe" le gentil et sympathique Hervé Mathoux qui n'en peut mais et fait le joli coeur avec sa voisine qui se sent obligée de rire pour ne pas être envahie par le sens du ridicule.

Tout cela ne serait pas trop grave, on pourrait à la rigueur patienter et attendre la fin du monologue - les conversations des autres n'étant que des interruptions inopportunes pour Pierre Ménès - et regarder les buts si ne dominait pas, surtout, l'incroyable vanité de ce personnage. A chaque mot, il se rengorge, persuadé d'avoir fait un bon mot, il prend des mines de diva, fait le modeste, se gausse, s'offre comme un perpétuel cadeau et est porté par un public qui applaudit comme un esclave collectif la moindre insignifiance de Pierre Ménès et dieu sait qu'il y en a derrière l'enflure !

Etrange comme Canal Plus a perdu l'élégance singulière de beaucoup de ses émissions, son culte des images, son acidité et son ton à la fois vif et rapide pour s'abandonner à une lourdeur, à une profusion, à des fautes de français en veux-tu en voilà, à de la provocation confortable, à l'ordinaire en somme ! Là où il faudrait retrancher, on surabonde. On étouffe la vie sous le poids des phrases et du bavardage.

C'est le règne d'un Pierre Ménès. Les histrions campent là où par exemple on n'aurait désiré qu'un Bixente Lizarazu. Nous avons du goût là où Canal Plus en manque !

Malgré d'autres commentaires envahissants, le match, enfin, représente une respiration et le ballon une délivrance. C'est dire !

Philippe Bilger



Toutes les réactions (9)

1. 16/12/2010 18:40 - plume

plumeAutant Pierre Menes est chiant, autant cette critique n'apprend rien. C'est le CFC qui est vide et s'appuie sur cette personne pour donner le "célèbre décalage canalplussien".
On conviendra que c'est raté. En revanche son analyse sportive est souvent juste. Le reste est simplement pas drôle.
Parler de foot dans une telle émission devrait suffir. Ce n'est plus le cas on dirait... Il faut rire et pleurer aussi, et sur le football c'est compliqué. C'est la télé quoi...

2. 16/12/2010 20:01 - Nyarlathotep

NyarlathotepEn même temps, un boeuf pour parler de foot... c'est normal non ? (aïe)

3. 16/12/2010 21:31 - Soucoupe

SoucoupeCette affaire reste très canalo-canalplus. Qui est in, qui est out. Hipster vs beauf. Et quand on note le degré de nullité des guignols depuis plusieurs années, Dutemple n'a franchement pas de quoi pavoiser. Ménès surfe sur la vague des snipers (qui sont tous plus infatués les uns que les autres de toute manière), mais son physique, ses analyses à l'emporte-pièce et ses vannes bidons le rendent plus attachant. Alors oui, Ménès est con. Et alors ?

Sinon je rappelle qu'il s'agit seulement de sport et les français sont bidons quand il s'agit d'en parler, tous les commentateurs sont absolument nuls et sans imagination. La comparaison avec leurs confrères espagnols ou mieux argentins fait vraiment honte. Ce n'est pas une question d'accent exotique mais bien de verve. Ecoutez donc un Alfredo Martinez aujourd'hui ou Victor Hugo Morales il y a 20 ans, et vous saurez de quoi je parle.

Tout ça pour dire qu'il ne faut pas s'attendre à quoique ce soit de lumineux dans le commentaire sportif. C'est un océan de m**de sèche.

Un petit bonus quand même.
Alfredo Martinez qui commente le but d'Iniesta en finale et la victoire de l'Espagne :
http://www.youtube.com/watch?v=AFqM3ov737Y

C'est quand même autre chose que "Putain ça fait du bien" et "On peut mourir heureux" de 98.

4. 17/12/2010 12:10 - Tzolkin

TzolkinUn sport de beauf, sur une chaine de beauf, commenté par des beaufs et regardé....
Regardez l'équipe TV sinon.

5. 17/12/2010 13:42 - J.

J.L'émission de foot de Canal d'il y a quelques années, animée par le regretté Thierry Gilardi, avec déjà le sympathique Hervé Mathoux, était tout sauf nulle et sans imagination... Ces types avaient un certain niveau.

6. 17/12/2010 14:56 - HP

HP"Un sport de beauf, sur une chaine de beauf, commenté par des beaufs et regardé...." je souscris parfaitement à l'homogéneité analysée dans cette phrase.

7. 17/12/2010 16:51 - ferdinand

ferdinandSoucoupe

" je rappelle qu'il s'agit seulement de sport et les français sont bidons quand il s'agit d'en parler "

Non il s'agit ici d'un sport , le Football vous n'avez pas le droit de généraliser aux autres disciplines. Il y a de très bons commentateurs en France par exemple Jacques Monclar pour le Basket ou Galthié pour le Rugby et d'excellentes analyses dans l'Equipe ou certains magazines spécialisés ( Midi-Olympique, Basket-News etc ...).

Sinon je suis d'accord avec vous , lire sous la plume de monsieur Bilger que le patron des guignols est un grand esprit çà laisse pantois. Pointer une supposée beauferie d'un coté et complimenter le café du commerce de l'autre c'est contradictoire de la part de quelqu'un dont j'appréciais jusque là la perspicacité et la sureté de jugement .

Quand au Foot , ce sport populaire par excellence est devenu tout à coup très tendance depuis la coupe du monde 1998 et ceux qui y sont venus par pure démagogie veulent nous faire oublier qu'avant le sacre de l'équipe Black Blanc Beur ils se pinçaient le nez rien qu' à la vue d'une écharpe de supporter tout en ricanant du Q.I des joueurs et de l'accent plouc d'Aimé Jacquet .

Pour ces nouveaux soi-disants convertis , lecteurs de So Foot ( le magazine de foot intelligent " on est pas des footixs nous " ) il y a encore trop de braillards , de frites , de merguez , de biéres ( et conséquement d'odeur d'urine ) , d'ésprit de clocher dans les stades et trop de mauvaise foi , de saillies graveleuses , de chauvinisme , de cabots comme Menez ou Courbis dans les médias.

Si le snob méprise le commun de crainte de s'y reconnaitre , le bobo , lui c'est le peuple à travers la figure subjective du beauf qu' il redoute .
" Il y a pire que le ridicule , c'est la peur du ridicule " Nietzche.

8. 17/12/2010 22:50 - pschitt

pschitt"Si le snob méprise le commun de crainte de s'y reconnaitre , le bobo , lui c'est le peuple à travers la figure subjective du beauf qu' il redoute ."
C'est bien pourquoi le gardien Dutemple, galérien de la chaîne bobo française par excellence casse les noix de Menès qui est un GRAND con au demeurant....

9. 24/12/2010 17:06 - thierry bruno

thierry brunoUn premier point tout de suite : se moquer du physique de M. Menes n'a rien à voir avec du racisme. Ce monsieur emploie un mot à la mode, certes mais hors de propos, ici.
Pour le reste, c'est à rire, d'un rire "hénaurme", gargantuesque, rabelaisien. Car enfin, parler de "nivellement par le bas" et de "football", c'est un pléonasme. On pourrait même ajouter que "foot + Canal+ = (d)égouts". Le football, c'est le zéro absolu du sport, de l'éthique du sport, de l'esprit du sport. C'est aussi le zéro de l'effort sportif, de la maitrise du geste. C'est nul.
Et Canal +, c'est le zéro de l'élégance, de la qualité, c'est de la télé quoi, et payante en plus.
Alors je sais bien qu'il est de bon ton de philosopher tant sur les mérites du football que sur "l'esprit" Canal +, parce qu'il faut soutenir le marché footballistique et télévisuel mais ne soyons pas dupes : tout adepte du sport sait que le foot ne véhicule aucune valeur digne de l'esprit du sport et toute personne lucide sait que ce qui manque le plus à Canal +, c'est l'esprit.
Enfin, si M. Menes est un beauf, normal puisque le foot est un spectacle pour bo-beaufs !

Ring 2012
Philippe Bilger par Philippe Bilger

Ancien avocat général près la cour d'appel de Paris, écrivain. Ring wall of fame.

Dernière réaction

Autant Pierre Menes est chiant, autant cette critique n'apprend rien. C'est le CFC qui est vide et s'appuie sur cette personne pour donner le "célèbre décalage canalplussien". On conviendra que...

plume16/12/2010 18:40 plume
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique