Sur le RING

Pourquoi le Brésil ?

SURLERING.COM - OUTREMONDE - par Xavier Raufer - le 13/12/2011 - 13 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Hélas, on lit trop peu ces temps-ci Octobre 17 vu de France (Editions sociales, 1967) sommet inégalé de l’hagiographie soviétolâtre dû au défunt chef stalinien Jacques Duclos, et ses élans grandioses sur « l’exaltante perspective de la société communiste de demain ». Amusé, le lecteur se dit alors qu’en 2011, c’en est bien fini de ces inepties. Eh bien non - car on en trouve d’analogues, voire de pires et par pleines pages, dans les journaux.



Objet de l’adulation : le Brésil, dont de grands médias ne parlent plus que sur le ton de l’extase. « La cinquième puissance économique mondiale » s’ébahit l’un. Ce « gentil géant » est « un Eldorado pour investisseurs » se pâme l’autre, concluant dans un râle que « Dieu est brésilien ». Or pour le criminologue informé, on est quand même loin du conte de fée et le délirant culte brésilâtre semble, au vu des faits, injustifié. Ecoutons les experts brésiliens, lisons les rapports officiels du pays (ce que nul brésilâtre ne paraît jamais faire) ; voyons - surtout - ce que pensent les Brésiliens eux-mêmes de ces flots de doucereuses flatteries.

D’abord, en matière de crime, excellent révélateur social.

Là, le bilan du Brésil est affreux : premier pays du monde pour les décès par armes à feu (31 homicides pour 100 000 habitants à Rio de Janeiro en 2010, en moyenne 2/100 000 dans l’Union européenne…), l’élucidation de ces crimes tendant vers zéro. Depuis 1980, « plus de trois millions de brésiliens ont péri de mort violente - dix fois le nombre de victimes d’Hiroshima et de Nagasaki ». Chaque jour au Brésil, travailleurs sociaux et défenseurs de paysans sans ter¬res sont assassinés par les milices armées des grands propriétaires. Au quoti¬dien, les populations des favelas (mot poli pour bidonville) sont rackettées par de véritables armées criminelles, contrôlant « depuis des décennies » ces coupe-gorge où, rien qu’à Rio, vit 30% de la population locale. Abandonnés par l’Etat, ces malheureux dépendent entièrement des bandits, ou de milices « anti-crime » pires encore dans les faits, pour tout : transports ur¬bains, télévision par câble, bonbonnes de gaz, eau et bien sûr, pour les stupé¬fiants. Dans les métropoles brésiliennes, miliciens ou gangsters taxent les po¬pulations des favelas, imposent des couvre-feu et allouent même les baraque¬ments ! En août 2011 encore, dans une banlieue de Rio, une magistrate (mère de famille de 47 ans) qui s’opposait à cette emprise criminelle sur les favelas, est criblée de balles… par des policiers ripoux au service des gangsters.

Fin 2010, pour faire bonne figure avant les Jeux olympiques et le Mondial de football, le gouvernement brésilien a timidement entrepris de restaurer l’ordre dans 17 des 1000 favelas de Rio - au prix d’une quasi guerre civile, durant la¬quelle « des blindés équipés de mitrailleuses de calibre 50 » tiraient à l’aveugle parmi des baraques en planches et tôle ondulée. Or quelques mois plus tard l’armée revient dans ces bidonvilles, entre temps reconquis (corruption + intimi¬dation) par les bandits !
L’économie maintenant. Si les récents précédents newyorkais et irlandais ont un sens, ce pays est en pleine surchauffe - la dimension frauduleuse étant là encore majeure : salaires des patrons plus élevés qu’aux Etats-Unis, mètre carré de bureau plus cher à Sao Paulo qu’à la City de Londres, multiplication des milliardaires locaux, dans un pays parmi les plus inégalitaires du monde où, dit un économiste écœuré, « l’abîme qui sépare le capital du travail atteint pré¬cisément le comble de l’obscénité ».

Aux mains d’une gauche factice, entièrement hypnotisée par Goldman-Sachs & co., (banque ayant, rappelons-le, inventé le miroir aux alouettes des « BRIC ») le gouvernement brésilien voit aussi gonfler une énorme bulle du crédit à la consommation - 28% du revenu disponible local servant désormais à rembour¬ser des dettes (16% du revenu des Américains, pourtant extravagants en la matière). Le nombre de brésiliens ayant plus de 3 000 dollars US de dettes a cru de 250% depuis 2004, alors que 150 millions de cartes de crédit cir¬culent désormais dans le pays, trois fois plus qu’en 2008 !

Ajoutons-y une bureaucratie immense et paralytique, une sécurité civile inexis¬tante, une corruption grave, un népotisme et un clientélisme énormes, permet¬tant toutes les fraudes. Et quasiment pas d’infrastructures majeures entreprise depuis trente ans. De grands groupes, dont Carrefour, commencent d’ailleurs à regretter avoir écouté les sirènes médiatiques à propos d’un pays devenu « le cauchemar du N° 2 mondial de la distribution ».
Sur place, les plus optimistes espèrent que l’inévitable et explosive correction ne surviendra pas avant les Jeux olympiques - mais refusent de le certifier.

Tel est le paradis inventé par ce que nous avons baptisé « DGSI » (Davos-Goldman-Sachs-Idéologie). Telles sont les sornettes colportées sans vérifier par des médias sans doute énamourés mais, dans les faits, pousse-au-crime.

Xavier Raufer


Toutes les réactions (13)

1. 12/12/2011 21:42 - dartagnan

dartagnanAlors que propose M. Raufer ?
Une dictature d'extrême droite ?

2. 13/12/2011 08:53 - Grégory

GrégoryEt pourquoi pas une dictature d'extrème gauche ?
Plus sérieusement, M. Raufer dénonce, à juste raison, le déni de réalité, ou, la subjectivité, de l'ensemble des médias au sujet de la situation brésilienne.
L'incompétence des médias n'est plus à démontrer.
Ce qui est un comble à notre époque, à l'ère de l'Internet, où, quiconque, peut, objectivement, s'informer soi-même, sur à peu près n'importe quel sujet.

3. 18/12/2011 14:03 - hertzeleid

hertzeleidPour l'instant dans l'histoire c'est l'idéologie d’extrême gauche qui a fait le plus de mal mondialement, quand aux mirages capitalistes gérés par la gauche et idolâtré par les médias cela donne cela... le Brésil.

4. 18/12/2011 14:14 - Alfred

Alfred@ dartagnan.

Pourquoi extrême-droite??

Si les hommes politiques (droite et gauche)faisaient un temps soit peu leurs travaillent pour lequel les peuple les ont élus il n'y aurait pas tous ces problèmes de violences!!

Et Grégory à raison heureusement qu'internet est présent ce qui permet de savoir ce qu'il ce passe réellement car les journalistes sont complètement dans les choux ou ils préfèrent cachés les vérités afin d'évité une monter du patriotisme "qui pourrait soit disant" rappeler les HLPSDNH!!

5. 18/12/2011 14:33 - Barnett

Barnett@dartagnan ET POURQUOI PAS ?....Ou à la rigeure , un gouvernement à la japonaise ? (mais pour ça , il aurait fallu que le pays soit encore homogene , hors ce n'est plus le cas...en ce qui concerne la france , elle est envahie par le tiers-monde.)

6. 18/12/2011 16:42 - älgsson

älgsson@Barnett: la France a depuis deux siècles déjà choisi d'emprunter la voie d'un peuple par acclamation, et non d'un peuple par filiation. (Renan vs Fichte). Si l'homogénéité par la filiation facilite l'homogénéité des aspirations (Fichte au secours de Renan), la France n'existe que par cette promotion d'un idéal de collectif partagé. Au reste, ce qui nous est insupportable aujourd'hui c'est moins l'origine des gens, c'est les idées que cette origine leur fait avoir sous nos latitudes. La France est un pays de loi positive, au contraire de la tradition slave et germanique de pays de lois naturelle. Positivons, et la France survivra en dépit des différences.

Ou alors, c'est la guerre civile ouverte, pour retrouver un corps social homogène et dominant. Sans rappeler les HLPSDNH, c'est un vaste programme qui éreintera la morale de beaucoup, beaucoup de gens. On tente de corriger et implémenter le premier modèle? On assume la destruction par l'action du deuxième? Ou alors, on continue comme aujourd'hui, vers une destruction par délitement... On devrait faire une "Nation Academy". Proposition 1, tapez 1...

7. 18/12/2011 17:00 - Frédéric

FrédéricJ'ai un doute sur le fait que le Brésil soit le plus ''violent'' du monde. La criminalité dans certains pays d'Amérique Centrale, Venezuela, Colombie, Mexique me semble bien supérieure. Et je ne parle pas de certains états en faillite d'Afrique ou d'Asie.

8. 18/12/2011 19:45 - Aliberthin

Aliberthin@frederic: effectivement, le pourcentage de tués par arme à feu est plus important au Venezuéla qu'au Brésil, pour parler de la seule Amérique du sud. Parce que pour le reste, entre Salvador, Honduras, Jamaïque, Côte d'Ivoire et St Kitts pour ne citer qu'eux, les Brésiliens sont loin du compte.

9. 27/12/2011 02:27 - yann

yannC'est, semble t-il, dans la nature des médias d'occulter ce qui navre leur peinture du moment. Leur vrai crime est de laisser croire à l'exhaustivité de leurs analyses, alors qu'ils pourraient l'éviter. Vanité, vanité, vanité !

10. 07/01/2012 23:21 - Jeune Gaulliste

Jeune Gaulliste Remarquable analyse de Xavier Raufer et qui met un terme au culte dérisoire de la prétendue modernité multiculturelle brésilienne. Bravo !

11. 14/01/2012 22:31 - bak

bak..J'ai du rater un épisode : quand et où donc se tient l'éloge du Brésil qu'entend dénoncer l'auteur ?
S'il y a bien un mot que tout le chacun associe immédiatement à ce pays c'est celui de "favela", bien avant "Lulla" ou "Paradis sur terre"...

12. 17/03/2012 01:17 - Tintin

TintinAnalyse décevante, on découvre là à Xavier Raufer un côté socialisant qu'on ignorait et qui lui va très mal...

Accuser sans preuves sur la seule base de son instinct, la finance d'être responsable des difficultés du Brésil, alors que ce dernier est socialiste (politique monétaire socialiste, planification etc.), c'est un sophisme...

Concernant l'écart entre riches et pauvres, là encore, la critique est mal fondée, l'écart entre riches et pauvres n'étant pas le problème, l'absence de méritocratie étant le seul problème...

Un smicard en France gagne 1000 fois le salaire que gagne 2 milliards d'Hommes sur terre, faut-il qualifier le salaire du smicard d'obscène ?

Avec ce type de raisonnement contre l'enrichissement individuel qui en méritocratie (ce que n'est ni la France, ni le Brésil et ce que ne sont plus les USA...) n'est pas contestable, la France et l'Occident ne tardera plus à ressembler au brésil et nos experts comme en Argentine de fustiger la finance là où les responsabilités sont à chercher du côté de l'endettement, de l'intolérance pour les différences de revenus selon la méritocratie et l'excellence de chacun...

13. 11/02/2013 23:30 - Czar

Czar"Le Brésil est un pays d'avenir, et il le restera." Général de Gaulle, 1964

Ring 2012
Xavier Raufer par Xavier Raufer

Criminologue à la réputation internationale, écrivain, éditorialiste, docteur en géopolitique, Professeur affilié à l'Edhec, membre du Centre for the Study of Terrorism and Political Violence, School of International Relations, University of Saint-Andrews, enseignant à l'Université Panthéon-Assas, Paris II, chargé de cours à l'Institut de criminologie de Paris, depuis 1987 (cours de méthodologie), au DESS Paris II/École des officiers de la Gendarmerie nationale/EOGN-Melun, et directeur des études et recherches du Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines (études, recherches, séminaires et cours sur la criminalité organisée transnationale). En République populaire de Chine (RPC), il est professeur associé à l'École supérieure de police criminelle de Chine (Shenyang, RPC), et directeur de recherches associé au Centre de recherche sur le terrorisme et le crime organisé, Université de Sciences politiques et de Droit (Beijing, RPC).

Dernière réaction

Alors que propose M. Raufer ? Une dictature d'extrême droite ?

dartagnan12/12/2011 21:42 dartagnan
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique