Sur le RING

Pourquoi le pokémon Vendetta a tout compris

SURLERING.COM - BIG BROTHERS - par Alexis Blas - le 24/05/2010 - 14 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B



Son concept : La bogossitude

Son  programme : Ne pas boire / Ne pas fumer / Ne pas se droguer / Faire du sport / Manger bio

Ses centres d'intérêt :     Son Corps
                                        Son Intelligence
                                        Sa Beauté
                                        La Jalousie qu'il inspire
                                        Le Monde de la nuit
                                        L'Huile qu'il applique sensuellement sur son Corps
                                        Les Femmes
                                        Les Armes en Plastique dans une piscine
                                        Le Moule-Burnes

Si Mickael Vendetta incarne à merveille le pokémon d'occident dépeint par Muray, navigant joyeusement dans les eaux sans nitrate d'un monde « confuso-onirique » constitué d'êtres bien dans leur corps et dans leur tête, débarrassés de tout ferment chagrin et communiant dans un hygiénisme ravi, il apparaît chez lui, à bien y regarder de près, quelque chose d'autre que la caricature grotesque qu'il exhibe et qu'il serait aussi vain que rebattu de moquer une fois de plus.

Hors de question non plus de jouer les malins et de faire de lui le monstre d'intelligence et de ruse  qu'il n'est certainement pas. Néanmoins, l'absence d'aspérités du personnage et le glabre de la marionnette qu'il met en scène laissent perplexe et autorisent quelques remarques.

Le narcissisme ne se laisse entamer par aucun argument. En effet, rien qui puisse ressortir de la raison n'a de prise sur l'opinion qu'on a de soi. Voilà pourquoi les personnages narcissiques, si odieux qu'ils apparaissent à ceux qui les entourent ne font se heurter que deux opinions subjectives en contradiction l'une avec l'autre. Au nom de quoi Vendetta se proclame-t-il le plus beau gosse de la terre? Cette affirmation n'a pour seul critère de validité que la certitude de celui qui l'énonce et j'ai beau m'insurger, me porter en faux (c'est peut-être bien moi le plus beau gosse de la terre...), qualifier Vendetta de tous les noms de pokémons existant, voir en lui le dernier homme, je n'arriverai jamais à faire bouger d'un iota son socle.

La question se pose: Pourquoi diable ce perdreau dont chacun pourra convenir avec évidence qu'on ne l'attendait pas, est-il devenu aussi incontournable, aussi indéboulonnable?  Pourquoi fascine-t-il tant, pourquoi suscite-t-il, comme le président (qu'il vénère par ailleurs), tant de haine et tant de passion?

Le vrai credo de Vendetta est le bannissement du doute. « Tous ceux qui doutent de moi, dit-il, sont des crétins et des frustrés. » Pour bannir le doute, il ne faut laisser à personne l'occasion de vous faire douter. Pour cela, deux manières: soit vous isoler, avec le risque non moindre que les remparts de votre citadelle ne se fissurent sous l'érosion de votre solitude , soit trouver une botte imparable, tant en public que dans le secret de votre chambre. Plus forte que la dialectique et la disputatio – t'es mort si tu fais ça aujourd'hui – mieux, bien mieux que la violence verbale ou physique: la légèreté.

Aucune concession n'est faite au dialogue chez Mickael Vendetta pour qui la superficialité constitue l'arme de guerre la plus efficace qui soit. Il annule tous les effets de la dialectique par une assurance et un culot sur lesquelles glissent toutes les critiques – et il y en eut de vraiment odieuses, bien plus que les outrances du jeune Cagliostro. Plus que les mots, c'est la monstration de soi dans l'exercice d'habitation du lieu saint ou jouit Adonis qui suffit. Partant, et bien évidemment sans le vouloir, c'est à la philosophie prégnante du système lui-même qu'il s'en prend. Celui qui se dit un « produit made in Sarkozy » a tout compris. Il renvoie à son manufacturier sa tétanisante image de santon de cire . Il lui fait voir toute la laideur de son prototype. Alors que se vendaient par dizaines de milliers les exemplaires de ces belles et beaux gosses, vendues dans tous les formats du rêve,  voilà que la Bogossitude vient faire trembler le doux commerce d'annihilation des esprits. Elle donne en effet la recette et c'est Chucky qui balance. Ce qui devait rester caché, de biais: l'envie de gloire, la soif d'argent, l'absence revendiquée de talent hormis celui qui précisément consiste à en faire l'aveu est mis à découvert. Le narcissisme n'est pas autre chose que l'habit de circonstance d'un empereur qui, au fond de lui, sait que dans ce monde-là, il va nu. Les longues contemplations amoureuses auxquelles il se livre devant les miroirs d'une ferme aux célébrités boiteuses nous montrent en réalité toute l'angoisse d'une société qui sait que les modèles qu'on lui propose sont des faux, que le corps lui-même se dissout en l'absence d'une signification autre que sa seule présence. Si Mickael a peur de quitter son reflet, c'est qu'il n'est devenu pour lui-même qu'une persistance rétinienne et déjà plus un corps. Les vampires ne se reflètent pas dans les glaces.

En jetant à la face du petit monde de l'entertainment français son concept, Vendetta a voué à la parodie le propre système qui le porte. Il l'a vampirisé et subverti. Comme une incarnation messianique, il porte sur lui tout le poids de la légèreté d'une post-modernité dont les fétiches de papier glacé ne masquent plus l'angoisse du manque à soi.  Il nous montre l'horreur. Il met le doigt dessus. Ce qui est insupportable, ce n'est pas le narcissisme de Mickael Vendetta mais le monstre qui l'a engendré: l'esprit de l'époque. L'homme en a fait tremblé les plateaux. Sur les documents vidéo disponibles, sa présence semble toujours induire un malaise, très palpable chez les présentateurs. Un exemple, cet épisode où il prit à témoin l'animateur Benjamin Castaldi pour attester avec lui « l'hypocrisie » consensuelle de la production et des vedettes. Embarras immédiat pour l'animateur qui n'entendait pas déflorer la mariée ni intégrer le club des « nous, on a tout compris » de Vendetta.

De la transparence obligée qu'impose le libéralisme médiatique, il perce encore l'opacité. Car Mickael Vendetta organise un autre paradoxe. Au contraire des demi stars de la télé-réalité qui distribuent à l'envi des morceaux choisis de leur vie privée et dont les parents donnent des interviews avec la fierté d'une gare d'échanges, lui ne fait aucune concession à la sienne.  A la clarté de son programme, il cache avec un soin méticuleux tout ce qui appartient à son passé. Vendetta aurait-il une revanche à prendre? Les rares moments d'intimité qu'il concède aux journalistes sont savamment orchestrés et mis en scène. On le soupçonne de faire jouer son frère et de s'inventer de faux parents. Il a compris le jeu de la transparence et à son tour, il joue avec elle. La chose est assez étonnante pour qu'elle soit relevée car, à moins de révélations nouvelles, ce comportement témoignerait d'une pudeur que le jeune homme entendrait conserver, de la présence d'un moi inattendu, tout autre que celui dont il nous asperge, et qui ferait taire tout candidat au procès de son néant.

Le climax hygiéniste que le citoyen de Groslay a transcendé, porte en soi les germes de son autodestrution. Toutes les partouzes ont une fin. La crise a, comme qui dirait, donné un coup de vieux à l'antienne et si l'hygiénisme et le vitalisme ont encore de quelques beaux jours devant eux, il flotte comme un parfum de suranné dans ce flacon dont Vendetta a éventé les fragrances. En 1930, période décadente de l'entre-deux-guerres, Karl Kraus déclarait: « C'est peut-être le signe de la mort d'une culture que le ridicule ne tue plus mais agisse comme un élixir de vie. » Quelques années plus tard, éclataient en France les évènements sociaux d'où naquirent le Front Populaire et les ligues d'extrême droite. L'élixir de vie devint soupe populaire. Dans les soubresauts actuels, le retour de la « bonne franquette » à travers les rassemblements spontanés et les apéros géants marque ainsi la distance dores et déjà prise par le peuple avec le « bobo-isme » dont la souveraineté du modèle n'est plus assurée. Dans la calamiteuse marmite télévisuelle et le chaudron du net se vendent des recettes d'apothicaire qui auront tôt fait de disparaître au feu de la survie, la vraie, et les ventres réclameront autre chose que des tablettes de chocolat. Le corps reprend du sens lorsque lui manque le pain.

Alexis Blas



Toutes les réactions (14)

1. 24/05/2010 06:45 - Eric

EricEt au final, il va attérir ou Vendetta, monsieur Blas, quel destin voyez vous à ce "pokémon" ?

2. 24/05/2010 08:41 - Alexis Blas

Alexis BlasSon destin? Sûrement une gueule de bois sans alcool...

3. 24/05/2010 08:48 - Bardamu

BardamuAujourd'hui les apéros Facebook et demain? Les légions de Kemi Seba descendant les Champs Elysées? Vendetta prophète de l'insurrection à venir...

4. 24/05/2010 09:24 - Erig Le Brun de La Bouëxière

Erig Le Brun de La Bouëxière...C'est un peu long pour démontrer qu'un crétin est un crétin... Non?

5. 24/05/2010 09:50 - Michael Vendetta

Michael VendettaTes commes y servent à rien Erig, t'es un méchant en plus, jte parle pas.

6. 24/05/2010 10:14 - Z@k

Z@kMickaël Vendetta est infaillible parce que Mickael Vendetta n'existe pas. On tue un homme, pas son avatar - qui se contente de contempler, amusé, le sérieux de ses ennemis mystifiés. C'est un personnage de bric et de broc façonné par un brave paumé en mal d'existence destiné à l'anonymat en ne restant que lui-même (un grand classique), et qui a pigé (effectivement), sans vraiment comprendre le phénomène, qu'aujourd'hui seule la caricature spectaculaire attire les foules postmodernes. Bientôt la tombée de rideau, le réel aimerait reprendre ses droits.

7. 24/05/2010 13:49 - AS

ASAffligeant, aucun intérêt!

8. 24/05/2010 17:38 - fer

ferJe le souviens d'une apologie d'Alyzée par Laurent James, le mec du parti antisioniste de Soral.

9. 25/05/2010 05:51 - dans le mille

dans le mille" Il nous montre l'horreur. Il met le doigt dessus. Ce qui est insupportable, ce n'est pas le narcissisme de Mickael Vendetta mais le monstre qui l'a engendré: l'esprit de l'époque. "

10. 25/05/2010 17:48 - Jean Fion

Jean FionOn a une jeunesse complètement extremiste aujourd'hui! D'un coté les pros Vendetta et TV réalité qui valorisent l'inculture, l'individualisme et le pognon et de l'autre des djeunes qui s'emmerdent tout autant et qui se défoncent la gueule par milliers sur fond de convivialité et de bonne franquette.
Sans parler de ceux qui se convertissent aux muslims pour se faire péter prêt de chez nous.

Ils sont complètement paumés et se raccrochent aux seules valeurs disponibles sur le marché moderne. Quelle tristesse, il y a de moins en moins de place pour la créativité.

11. 28/05/2010 14:29 - ChaosTeknik

ChaosTeknikUn poil pessimiste Jean Fion...
Heureusement il n'y a pas que deux types de jeunesse...
Certains lisent encore Hannah Arendt, Dostoïevski ou Günther Anders...ce dernier, auteur en 1956 (déjà;o)) de "L'Obsolescence de l'homme"...
...et puis quelques excès de boisson fermentée n'ont jamais nuit à la réflexion;o)

12. 09/06/2010 03:46 - Jersan

Jersan"Mickaël Vendetta se fiche de ce que ces gens pensent. Il est indifférent aux jugements quels qu'ils soient. Seul mes jugements sont les bons. Je fait ce que bon me semble car je suis mon propre modèle. Je n'admire et n'envie personne car je suis mon propre idéal. Je sais où je vais et je suis cohérent avec mes idées. Tel est la clé de la Réussite. J'impose mon point de vue, je te donne la marche à suivre pour avoir la vie la plus saine et la plus belle du monde. Rien ne peut m'arrêter."
Propos de Mickaël Vendetta sur lui même.

Jésus avait pour modèle Dieu, et nous demandait de l'imiter dans son imitation.

Aujourd'hui Mickaël Vendetta a pour modèle Mickaël Vendetta et il le revendique haut et fort.

Hormis le fait que Mickaël Vendetta est somme toute assez banal pour son époque - n'est-il pas à l'image de cet homme moderne détaché de Dieu et centré sur lui-même ? - il faut noter par ailleurs qu'il assume parfaitement sa réification et qu'il invite ses contemporains à l'imiter dans cela : "l'apparence c'est le premier truc à soigner si tu veux réussir" dit-il lors d'une entrevue notamment.
C'est là je pense qu'il s'attire la ire de tous ceux qui voulaient croire qu'ils étaient "authentiques", "eux mêmes", "naturels" quand ils ne font que répondre favorablement aux injonctions de la société marchande.
Au fond Mickaël Vendetta donne à penser que lui et le monde marchand ce serait du pareil au même : " je te donne la marche à suivre pour avoir la vie la plus saine et la plus belle du monde." , sa bogossitude ? Une invitation à imiter des modèles standarts de l"époque (Hygiène, muscle, argent, Bling-bling)
Subsiste un mystère me semble-t-il : les motivations de Vendetta.

13. 11/06/2010 09:17 - Denis

DenisLu un jour dans une interview quelconque :

"- Que pensez-vous de Mickaël Vendetta ?
- Je n'en pense rien, il n'y a rien à en penser."

Tout est là. Pas besoin d'en dire plus. Face au Néant, on ne peut répondre que par le Néant.

14. 01/07/2010 22:49 - A.C

A.CLe rottweiler

Le rottweiler est une race de chien originaire d'Allemagne, utilisée historiquement pour garder les troupeaux.
Le rottweiler est un chien de type molossoïde de taille moyenne à grande. Les mensurations admises par le standard de la race vont de 61 à 68 cm pour les mâles et de 56 à 63 cm pour les femelles. Son poids moyen est de 42 kg pour les femelles et de 50 kg pour les mâles. En tant que chien de travail, il ne doit pas dépasser les 50 kg.Cependant le poids n'est pas mentionné au standard.

En aspect général le rottweiler est un chien solide,au corps bien musclé,de taille supérieur à la moyenne.C'est un chien ni pesant ni léger mais bien proportionné.Il évoque la force,la souplesse et l'endurance.

C'est un chien courageux,d'une puissance exceptionnelle et un redoutable chien de garde.Sûr de sa force,le rottweiler n'est pas d'un naturel méfiant et se montre même d'un abord bien veillant envers les étrangers mais il détecte très vite les individus aux intentions suspectes et réagit de manière foudroyante si on fait du mal à sa petite famille ou aux enfants de la maison qu'il cherchera toujours à protéger.Il se montrera avec eux plein de tendresse et se nomme spontanément garde du corps de ses petits protégés.

Ring 2012
Alexis Blas par Alexis Blas

éditorialiste, écrivain.

Dernière réaction

Et au final, il va attérir ou Vendetta, monsieur Blas, quel destin voyez vous à ce "pokémon" ?

Eric24/05/2010 06:45 Eric
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique