Sur le RING

Renaud Camus au Collège de France

SURLERING.COM - THE BOOKMAKER - par Julien Leclercq de Rubempré - le 22/03/2010 - 2 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

 

Depuis que les boutiques Diesel et les vendeurs de Panini ont détrôné les librairies du Quartier Latin, l’effervescence intellectuelle du Ve arrondissement n’est plus qu’un mythe. La rue Saint-Jacques, les boulevards Saint-Michel et Saint-Germain sont devenus orphelins de joutes oratoires et de querelles idéologiques. Quiconque a lu et aimé Balzac ou Aragon est pris de violentes syncopes lorsqu’il voit l’état de ce lieu mythique sous assistance respiratoire. Une certaine magie continue toutefois d’opérer chez les esthètes et chez les êtres trop vieux nés dans un monde trop jeune, mais c’est tout. De temps en temps, un pianiste unijambiste russe venu jouer un air dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne et un poète canadien moustachu sorti d’un chapeau entretiennent le mythe des grandes conférences où plusieurs générations venaient en prendre plein les mirettes. Triste constat : les passants tiennent tous un sac Delaveine ou viennent faire du hip-hop devant la majestueuse fontaine de la place Saint-Michel. Qui n’avait décidément pas mérité cela.

Et puis, soudain, la rumeur enfla. Renaud Camus, le grand Renaud Camus, allait bientôt donner une conférence lors du séminaire d’Antoine Compagnon. Rendez-vous était donc pris, mardi 16 mars 2010, au Collège de France, à 17 h 30, amphithéâtre Marguerite de Navarre.

 

Des sensations et des impressions

 

Fatalement, un mardi en fin d’après-midi, il n’était même pas envisageable de s’asseoir au beau milieu de jolies étudiantes échaudées par le printemps renaissant. On avait plutôt l’impression d’être parmi le public des Chiffres et des lettres, avec Antoine Compagnon dans le rôle de Laurent Romejko. L’amphithéâtre regorgeait de monde, les belles dames avaient fait un brushing comme Desireless et les maris avaient dégainé le pantalon en velours et le polo rayé (comme chez Castel, mais la musique en moins). Seuls quelques étudiants restés debout attendaient bras croisés l’arrivée du prophète, un peu gênés par l’âcre odeur du parfum surdosé qui planait dans les travées. Antoine Compagnon arriva sur l’estrade, comme à son habitude, détendu et de bonne humeur. Renaud Camus arriva quelques secondes après, presque tout de marron vêtu, l’air plutôt guilleret aussi et la barbe bien taillée. M. Compagnon présenta brièvement son hôte et – comble de la classe – il raconta comment il l’avait rencontré grâce à Roland Barthes il y a une trentaine d’années – bien avant que ce dernier ne passe sous les roues d’un camion non loin du Collège de France. Quelques spectateurs (dont votre serviteur) ressentirent une légère déception lorsqu’Antoine Compagnon déclara recevoir Camus en tant que diariste, et que le propos allait uniquement concerner son travail d’écrivain (ce qui est déjà bien, ne faisons pas la fine bouche).

 

Un grand écrivain : un orateur gêné

 

Dans une lettre, Flaubert évoque sa surprise lorsqu’il rencontra Victor Hugo pour la première fois lors d’un dîner chez un ami commun. Peu disert, presque timide, le grand écrivain est décrit par l’auteur de Madame Bovary comme un homme simple et gêné. Pour Renaud Camus, c’était un peu la même chose en ce 16 mars 2010. D’emblée, Camus prévint son auditoire : certains écrivent car ils parlent bien, lui, c’est l’inverse : il écrit car il s’exprime mal à l’oral. Il annonça même un « naufrage », perdu qu’il était dans ce flot de mots et de verbes qui le submergeait constamment. Cette gêne originelle est en fait pour lui un moteur, écrire, c’est « pour trouver des liens », « retrouver les éléments entre les apparitions perdues ». Loin de se morfondre de cette « tare », Renaud Camus employa même le terme de « jouissance dans le naufrage ». Après avoir cité quelques vers de Leopardi puis quelques passages de La Recherche du temps perdu, il commença à parler de son nouveau concept de « graphobie » (qui n’est pas la graphophobie, bien au contraire). Trop « sensible à l’excès de réalité », il reconnut que l’intelligence ne pouvait avoir de prise totale sur le connaissable (il est par exemple impossible de lire tous les livres). Son désir d’écriture obéit donc à une « pulsion », car « ce qui est écrit est gardé ». Alors que la biographie est l’écriture d’une vie vécue, la graphobie est une vie totalement soumise à l’écriture, et conçue par elle. Face au silence, face à l’oubli, face à la disparition absurde de toutes choses, la littérature et la graphomanie constituent un rempart idéal contre le tragique et le nécessaire. Son Journal, cette « forme sans surmoi », correspond donc à ce désir d’écrire continûment pour donner un sens à une existence, et pour faire surgir une parole du silence.

 

Clap de fin

 

Une vielle dame aux cheveux blancs se leva et se mit à applaudir. Personne ne comprit vraiment ce qui se passait, mais Renaud Camus décida de clore son exposé. Il répondit à quelques questions d’Antoine Compagnon, et ce fut tout. Le public des Chiffres et des Lettres applaudit et les rangs se vidèrent lentement (les malheurs de l’arthrose…).

Morale de l’histoire : rencontrer un grand écrivain est toujours une affaire complexe. Renaud Camus, à l’œuvre si vaste et si diverse, à la réputation si sulfureuse, s’est montré concis, bref et assez consensuel. Le fameux moi social et moi profond si cher à Proust, en somme. Mais nous étions face à un grand de la littérature française, d’où un sentiment mitigé, fait d’insatisfaction et d’enthousiasme.

Finalement, pendant un peu plus d’une heure, Renaud Camus a redonné de la voix et de la prestance au quartier dit le plus littéraire de Paris. L’espace d’un instant, les librairies abandonnées, les conférences désertées et les bouquinistes délocalisés étaient oubliés.

 

C’est bien là l’essentiel.

 

Julien de Rubempré



Toutes les réactions (2)

1. 24/03/2010 14:37 - paul

paulBrillant mais caractériel, limite insupportable finalement, dommage c'est un bel auteur.

2. 01/04/2010 11:17 - Pastor

PastorCe fut un grand moment et un spectacle rare.

Il est facile de comprendre pourquoi cet auteur fait l'objet d'un véritable culte, de la part d'admirateurs du monde entier venus d'horizons divers.

Quand l'érudition s'accompagne d'une telle exigence de sincérité et d'un courage aussi hors de pair, on ne peut que s'incliner devant une telle supériorité.

Ring 2012
Julien Leclercq de Rubempré par Julien Leclercq de Rubempré

Chroniqueur littéraire 2009-2010.

Dernière réaction

Brillant mais caractériel, limite insupportable finalement, dommage c'est un bel auteur.

paul24/03/2010 14:37 paul
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique