Sur le RING

Savez vous vanner ?

SURLERING.COM - CULTURISME - par Alexis Blas - le 29/06/2010 - 10 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Le cynisme est devenu le lieu commun de l'humour d'aujourd'hui. Il faut se résigner. Le ressort comique s'est terni depuis des années que dure l'interminable paix des méninges occidentale et il a éclaté, lui-aussi, en fragments.

La mode est la vanne, euphémisme plombier pour désigner le plus souvent la méchanceté et le ressentiment ordinaires que chacun est supposé avoir et reconnaître en soi. La vanne est acide, comme le mojito en vogue. Plus elle est acide, mieux c'est. Un mec cool ne se vexe pas de la vanne car il sait qu'à son tour il pourra, il devra vanner. Un mec pas cool, du genre qui ne se reconnaît absolument pas dans la caricature que son « ami » fait de lui en société, relève la vanne. On dit alors qu'il se vexe, qu'il est ringard, réactionnaire et, vanne ultime, on lui dit qu'il n'a pas d'humour.

Le vanneur ne peut envisager que c'est lui qui n'a plus d'humour, que le propre de l'humour est de rire avec l'autre et non pas à ses dépens. Le vanneur ne peut concevoir qu'il va trop loin, qu'il lèse peut-être sans le savoir une pudeur, un secret, qu'il dévoile une maladie ou une déchirure de l'âme de sa victime. Pire, le vanneur sait qu'il peut faire mal mais il se dit que c'est le pouvoir de la vanne que de tout racheter. Que de toutes les façons possibles et sans exception, la victime qui se plaint de la vanne prouve par là qu'elle la méritait. Elle contresigne le forfait.

Le vanneur est nihiliste. Il croît que la vanne se place au dessus de toute autre valeur car il en a fait la valeur ultime. Son illusion est la suivante: il entrevoit dans l'humour la possibilité de transcender la faiblesse humaine, le ridicule d'un certain engagement (sauf le sien),  l'absurde d'une implication naïve dans les affaires du monde, la grossièreté parfois, de céder au pathos de la misère, de la maladie et de l'épreuve, de se laisser séduire par elles. Mais la solution cynique qu'il préconise en définitive est celle d'un endurcissement massif et générique de l'être. Il fait une totale abstraction de l'empathie, de la compassion, d'une certaine pitié rousseauiste, de l'envie de faire gagner l'homme à la fin. Il a réussi à se hisser sur le promontoire de l'humour mais plutôt que de brosser avec finesse le panorama d'un monde agité, il ne fait qu'éructer sur le ravin qui l'en distancie.

Le vanneur est un lâche. Il ne va jamais jusqu'au bout de la radicalité qu'induit sa vanne. Il se rétracte avant. Le vanneur est acide mais jamais incorrect. Il est démagogique. Il suit la pente de l'acidité ordinaire du peuple. Quand il croit enfreindre les codes et être politicaly incorrect  - d'ailleurs, il le dit: « Oh,oh,oh! vous avez vu mon audace, comme elle est grosse! C'est que ce n'est pas politiquement correct, ce que je dis là! » - il est en réalité en plein dans les clous, parfaitement correct. Il est dans ce que le politiquement correct tolère de politiquement incorrect. C'est un peu le théorème de Gödel, version beauf et la seule idée de se positionner selon cette alternative post-moderne qu'est le politiquement correct suffit à révulser tout homme d'esprit.

La mort de Saint-Coluche nous a tous bouleversé. C'était un saint laïc. Il faudrait vraiment songer à créer un jour férié en son honneur. Apprendre ses sketches aux écoliers... peu importe. Ce que montre la vénération de ses mânes, c'est peut-être la conscience que sa mort a sonné le glas d'une certaine fédération de l'humour, de sa cohésion dans l'esprit national et en définitive, la fin d'une cohésion nationale tout court. Aux antipodes de l'esprit communautaire borné et retors des auteurs d'aujourd'hui: Qu'ils donnent dans la contestation et le message devient propagande sitôt qu'ils se choisissent une cible. Qu'ils donnent dans l'antiracisme et c'est une communauté ethnique qu'il font s'élever contre une autre. Il n'est qu'à entendre écumer quelques uns de ces imbéciles. Il serait très tentant de les citer mais cette publicité serait de trop.

Toujours maquillé de son gros sourire rouge et niais, le clown communautaire ou contestataire fait passer en force du ressentiment prêt à avaler pour un public conquis d'avance. Son humour est bête, ses ficelles grosses comme des câbles de cirque ambulant. Il verse souvent dans le pipi, le caca, le « je vé vous faire montré ma quéquette » et autres facilités navrantes. Le public d'un comique n'est pas difficile. Il se met en condition pour rire et il entend bien le faire: rire. C'est la version troupière du pari de Pascal.

Comme le chien ressemble à la vieille dame aigrie qui ramasse ses déchets avec des gants blancs, le public ressemble au comique qu'il va voir. Quand la maîtresse est vieille et desséchée, le chien se fait yorkshire. Quand elle est ronde et dodue, c'est un bouledogue. Quand le comique n'aime pas les autres, son public est misanthrope. Quant il est antisionniste, son public est antisémite. Mais j'en vois qui disent qu'il est parfaitement correct de n'être pas antisémite. Et là, ils ont raison.

Nausée du portrait au vitriol, nouveau gadget hype des plateaux tévé, radio et vécés. Dans le vécé de ma bibliothèque préférée, on voit fleurir des « Sarkozy, petit zizi », des « pédé = joie », vrais condensés des sketches de nos humoristes préférés: Joie de frapper en dessous de la ceinture, joie de l'attaque ad hominem sans aucune autre espèce d'argument qu'un bon sens populaire convoqué jusqu'à l'écœurement, pour conclure à la joie et au fantasme puéril de cette grande fraternisation homosexuelle mondiale. Le nouvel ordre mondial du rire.

Le vanneur est un rêveur idiot, dévoyé. Le genre qu'il s'est imposé le conduit à sa propre implosion. Soit il s'agit d'un spectacle de marionnettes culte qui perd toute crédibilité tant le terrain qu'il a envahi est celui de la propagande politique, soit il s'agit du chroniqueur ambitieux dont on finit par n'attendre que la méchanceté de trop pour un lynchage-lâchage général. Sur ce terrain, le vrai mauvais, le plus dur, le plus intouchable des méchants, c'est le politique. L'animal politique est un requin blanc dont les trois rangées de dents ont raison de tout. C'est cet homme à qui l'on a dressé un méchant portrait et qui vous assène avec un sourire plein de candeur en parodiant Guitry, que l'essentiel est que l'on ait parlé de lui. Il a juste laissé passer au petit comique une rangée de dents, sans douleur. Les autres sont pour ses vrais ennemis. Rasséréné, le vaillant petit vanneur se prend à vouloir tuer des géants qui lui font croire qu'il en a les moyens. Il ne fera que déchoir aux ambitions gentiment burlesques de sa jeunesse – lui qui voulait juste faire rire - et c'est sur le terrain vague de l'ennui ou de la récupération qu'on le retrouvera, épuisé et devenu définitivement cette fois, méchant.

Le comique méchant est devenu est produit vendable comme un autre. Mais il est surtout un mauvais comique. Qu'il se nourrisse des ressentiments du quotidien, des violences urbaines et communautaires, de théories du complot déclinées sous toutes leurs formes, ou de hasardeux engagements en forme de reductio ad hitlerum, il prospère sur la désaffection de l'humour lui-même,  trouvant avec peine sa chute sinon dans celle d'un « cucul transcendantal » lui-même inscrit dans le processus de sa désagrégation. On a l'humour qu'on mérité. Et lorsque le vanneur vous demande si vous « percutez » son propos, il vous demande en réalité si vous aussi, vous avez armé le pistolet que vous pointez, comme lui, sur votre tempe.

Alexis Blas



Toutes les réactions (10)

1. 28/06/2010 05:49 - Clark Gabeul

Clark GabeulTrès bon. L'article. Conclusion magnifique!

Et pourtant nous divergeons... et dix verges... ne fédèrent qu'un nu bordé de couilles. Autrement dit -pas de chance!

"La mort de Saint-Coluche nous a tous bouleversé. C'était un saint laïc. Il faudrait vraiment songer à créer un jour férié en son honneur..." Etc.

Ah?! Et le nez rouge? Le bon sens populaire?
L'article commençait par une distinction pertinente entre vanne et humour.
Ben si le vulgaire est fédérateur... là... je ne vous suis pas Alexis.

Revoyez le sketch du CRS arabe et nous en reparlerons du Comique, troupier (au sens étymologique, pas historique)... avec Zemour, tenez.

Desproges était un réel humoriste. Devos un poète. Coluche, qui m'a aussi fait rire pourtant, pas autant, d'un rire de moindre qualité, était quant à lui un précurseur des amuseurs d'aujourd'hui, avec son romantisme ouvriériste adorateur victimaire et sa paranoïa politique.

Le rire gras dans les écoles? Après Perret pourquoi pas Coqueluche effectivement.

Pour servir la mise en tropes bouledogue y'a pas mieux. - Coqueluche président et vite!
Ben le grand écart ça vous coince les roubignoles quand même... me fallait vous le dire.

2. 28/06/2010 09:53 - Sunderland

Sunderland Coluche faisait rire parce qu'il était également très fort pour tout ce qui touche à la prosodie, aux intonations de voix.

3. 28/06/2010 11:12 - Paracelse

Paracelse« Coluche faisait rire parce qu'il était également très fort pour tout ce qui touche à la prosodie, aux intonations de voix. »

Bien vu. C'était même son principal talent. Il a rarement écrit ses textes tout seul, beaucoup par Martin Lamotte. Lorsqu'il a commencé à trop se droguer, il devenait un mauvais comédien et le rendu de ses sketchs était pitoyable. Dans le coffret 7 CD, l'intégral, de Coluche, un vrai travail de fourmi a été effectué pour ne garder que ses meilleures performances, qui sont souvent en contraste avec les extraits TV qu'on nous ressort souvent.
Sur scène, Coluche, c'était surtout un ton, puis un personnage iconoclaste dont Louis de Funès avait dit qu'il était dans la grande tradition comique des personnages burlesques.

4. 28/06/2010 11:36 - Chloé Saffy

Chloé SaffyTiens Alexis, cadeau :)

http://www.enfoiredepresident.fr/

5. 28/06/2010 19:37 - ferdinand

ferdinandL' humour comme pare-feux , la trouille voire la haine du sérieux . A chaque Finkielkraut invité il faut contrebalancer par un Bedos . L' humoriste cet imbécile utile de la société du spectacle, arrive comme la cavalerie , juste a temps pour mater les derniers mohicans qui pensent . La mise en scène rodée du prestige accordé à l'intellectuel invité avant son humiliation en direct sert à contrefaire du poujadisme en libertarisme . On a ainsi le beurre et l'argent du beurre pour faire fonctionner une crèmerie comme Canal Plus.

6. 29/06/2010 01:56 - C.Gabeul

C.Gabeulla prosodie des enfoirés, sûr, c'est quelque chose!

7. 01/07/2010 18:00 - Kardaillac

KardaillacEuhhh... je croyais que "vanne" était du masculin, pour ne pas en faire un vulgaire robinet.
A moins que ce soit le bon docteur Alzheimer qui me cause dans l'oreillette...

8. 10/09/2010 11:52 - Valérie

ValérieTout est dit dans cet article, et très bien dit. Ca fait du bien. Non au terrorisme du vanneur !

9. 11/09/2010 03:25 - john doe

john doel'humour est "méchant" par défaut.

l'humour représente systématiquement douleur, agression, et sentiment de supériorité vis à vis de la cible.
quant à l'humour représentant une trouille ou une haine du sérieux? bien au contraire, l'humour se base sur le sérieux! enfin, disons sur le tragique. en tout cas, il révèle bien souvent une vérité, ou disons, un fait.
bien sûr, je peux comprendre qu'un certain humour puisse ne pas vous plaire, en particulier s'il vise un personnage que vous appréciez. et par extension vous-mêmes: vous êtes également le dindon de la farce, ce qui n'est pas une situation confortable, évidemment.
après tout, il parait qu'on peut rire de n'importe quoi, mais pas avec n'importe qui.

pour ce qui est de l'aspect communautaire de l'humour aujourd'hui qui aurait tendance à monter des communautés contre d'autres, bof, pas d'accord du tout (des exemples sont les bienvenus.).

l'humour pipi-caca ou bête et méchant peut faire rire, point (enfin, mis à part sarkozy=ptit zizi. même en état d'ébriété avancée.). et c'est bien là l'objectif désigné. je ne dis pas pour autant qu'il faut qu'il ne faut pas viser un humour plus abouti, plus riche, plus fort, plus drôle.


bref, je trouve l'article creux. tout ce que j'y vois, c'est que l'humour "à vanne" (ou partout ailleurs mha ha) est merdique, parce que c'est méchant, c'est intellectuellement léger pour nous autres, c'était mieux avant etc.
ouais, super. très constructif au passage. beaucoup de jolies tournures de phrases pour pas grand chose, malheureusement.

10. 18/09/2010 23:40 - Fard

FardIl prospère sur la désaffection de l'humour, trouvant avec peine sa chute sinon dans celle d'un « cucul transcendantal » lui-même inscrit dans le processus de sa désagrégation.

De qui parlez vous ?
Ou sont les frustrés ?

Ring 2012
Alexis Blas par Alexis Blas

éditorialiste, écrivain.

Dernière réaction

Très bon. L'article. Conclusion magnifique! Et pourtant nous divergeons... et dix verges... ne fédèrent qu'un nu bordé de couilles. Autrement dit -pas de chance! "La mort de Saint-Coluche...

Clark Gabeul28/06/2010 05:49 Clark Gabeul
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique