Sur le RING

Treize thèses simples sur l’islamisme et l’anti-islamisme

SURLERING.COM - LES PAGES ROUGES - par Pierre-André Taguieff - le 04/11/2013 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

En France plus particulièrement, dans les débats publics sur l’islam et l’islamisme, les dialogues de sourds agrémentés d’anathèmes sont devenus la règle. L’emploi croissant du mot « islamophobie », terme équivoque sur la définition duquel il est douteux qu’on puisse jamais s’accorder, n’a fait qu’empoisonner plus encore l’espace des controverses.


 

      Le terme d’islamophobie devrait être utilisé, d’une façon stricte, pour désigner, sur le plan des opinions, les appels à la haine, à la discrimination et à la violence visant la religion musulmane comme telle et/ou les musulmans comme tels, et tous les musulmans. Ou, pour le dire plus conceptuellement, l’essentialisation et la diabolisation de l’islam et de l’ensemble des musulmans. L’islamophobie ne se réduit pas à un phénomène d’opinion (en tant que stigmatisation), elle se manifeste également dans les comportements et les pratiques sociales, à travers des discriminations ou des agressions physiques observables.  Elle peut être comprise comme une forme particulière d’hétérophobie ou de xénophobie, visant non pas un pays ou un peuple étranger, mais une communauté de croyants transnationale. 

      Or, depuis le début des années 1980, le mot « islamophobie » est employé abusivement, et d’une façon croissante, pour désigner toutes les formes d’examen critique de l’islam, voire de l’islamisme, examen qui relève pourtant de l’exercice des libertés d’opinion et de pensée. C’est là confondre la critique et l’appel à la haine. Les usages stratégiques du mot « islamophobie » par les milieux islamistes rendent ce mot difficilement utilisable. Mais remplacer « islamophobie », jugé trop connoté par des intentions stratégiques ou des arrière-pensées politiques, par « racisme anti-musulmans » ou « musulmanophobie » ne changerait rien. Ces expressions seraient elles-mêmes exploitées par les mêmes milieux islamistes et leurs alliés, avec les mêmes objectifs.

     Bien qu’il puisse paraître difficile, et probablement impossible,  compte tenu de l’intensité des affrontements intellectuels et politiques sur ces questions, de se situer « au-dessus de la mêlée », j’ai cru qu’il serait de bonne méthode d’énoncer quelques thèses élémentaires sur l’islam dans ses rapports avec l’islamisme et l’anti-islamisme. Je me suis efforcé d’être le plus clair possible, au risque de paraître flirter avec des évidences. Mais ces dernières, lorsqu’elles sont fondées, restent éclairantes. La clarté des positions et des analyses est ce qui manque le plus à ceux qui s’affrontent sur le mode d’une guerre civile dans la communauté intellectuelle.

1° l’islam n’est pas l’islamisme

2° il y a des islams (sunnisme, chiisme, etc.) et des islamismes (salafistes, Frères musulmans, jihadistes de diverses obédiences, etc.) ; parler de « l’islam » ou de « l’islamisme » est une commodité de langage, qui donne prise à des interprétations essentialistes naïves ou intéressées ; une critique vigilante est ici de rigueur ; les islamistes, par-delà leurs différences, se réfèrent cependant aux mêmes textes fondateurs et aux mêmes exégèses jurisprudentielles que les musulmans non islamistes, d’où l’effet de légitimité dont ils ont appris à jouer   

3° un islamisme est le produit d’une politisation d’un islam, dont l’objectif est de bouleverser et de refondre tout ordre social non musulman,  « faussement » ou « insuffisamment » musulman 

4° tout islamisme a pour objectif d’instaurer un ordre politico-religieux impliquant l’établissement de la charia, impliquant le traitement des non musulmans comme des êtres inférieurs (à ségréguer, discriminer, expulser ou combattre), l’obligation du port du « voile » (nikab, burqa, etc.) pour les femmes et la normalisation du jihad, « offensif » et « défensif » ; l’horizon lointain est l’établissement d’un califat à l’échelle mondiale

5° les groupes islamistes visent à établir sur tel ou tel territoire un émirat, une République ou un califat islamique, ce dernier pouvant s’élargir en un empire islamique universel ; certains idéologues islamistes, s’inspirant du léninisme, ont théorisé une stratégie de conquête par étapes, où l’on retrouve ces divers objectifs ; les ordres politiques, à l’état de projets ou sous la forme de régimes observables, présentent tous les caractères d’une dictature 

6° les islamistes mettent en œuvre diverses stratégies et recourent à plusieurs  méthodes, violentes ou « douces », pour mener à bien la conquête du monde non musulman ou « l’islamisation » des sociétés non musulmanes : prosélytisme, guerre culturelle (campagnes « contre l’islamophobie », instrumentalisations de la « tolérance » ou des idéaux multiculturels), refus des lois et des traditions des pays d’accueil (et, corrélativement, incitations diverses en vue de renforcer le nouveau communautarisme musulman, né de la peur d’une dissolution de l’identité musulmane dans certains milieux), pressions exercées sur les acteurs politiques, menaces contre des personnalités hostiles à l’islamisme, actions terroristes accompagnées de mises en spectacle conçues comme des actes de propagande

6° les politisations de l’islam, qui prennent souvent la forme de « fondamentalismes révolutionnaires », sont incompatibles avec les sociétés démocratiques/pluralistes

7° le rejet de l’islamisme dérive à la fois du spectacle répulsif offert par le terrorisme qui ravage le monde quotidiennement et du refus de vivre dans des dictatures autoritaires ou totalitaires

8° L’anti-islamisme n’a rien à voir avec ce qu’on appelle improprement l’« islamophobie », catégorie d’amalgame qui confond la critique intellectuelle des dogmes d’une religion (l’islam), la critique politique et morale de l’islamisme et l’appel à la haine contre les musulmans

9° les islamistes ont intérêt à faire croire que les anti-islamistes sont « islamophobes », et, plus largement, que tout examen critique de l’islam ou du monde musulman exprime une « islamophobie » plus ou moins dissimulée.

     Le vrai problème ne tient pas au fait que la menace islamiste ne serait pas reconnue – le déni paraîtrait incongru –, il réside dans la sous-estimation du phénomène. Depuis le début des années 1990, de singuliers prophètes annoncent la fausse bonne nouvelle suivant divers refrains : ceux de l’« échec », du « déclin » ou de la « fin » de l’islamisme radical. La mise en sommeil est régulièrement, à chaque attentat terroriste,  ponctuée de réveils douloureux. Mais la sous-estimation persiste comme un pli. Or, en règle générale, ceux qui sous-estiment la menace islamiste sont aussi ceux qui dénoncent « l’islamophobie » avec le plus de véhémence.

10° l’anti-islamisme (qu’on pourrait désigner par le néologisme « islamismophobie ») est une réaction de défense légitime des sociétés démocratiques/pluralistes

11° les musulmans non islamistes, a fortiori ceux qui s’élèvent publiquement contre l’islamisme, sont diabolisés et menacés par les islamistes ; il en va de même pour les musulmans qui ont une attitude critique envers l’islam et appellent à une révision des dogmes ou à une libre interprétation des textes de référence

12° les musulmans hostiles à l’islamisme sont les alliés naturels des anti-islamistes non musulmans

13° les anti-islamistes, musulmans et non musulmans, sont des combattants de la liberté ; en France, ils se présentent le plus souvent comme des défenseurs du principe de laïcité ; c’est pourquoi ils sont la cible principale des islamistes et de leurs alliés, et font en permanence l’objet de campagnes de diffamation, qui incitent à des ripostes de plus en plus radicales. D’où une montée aux extrêmes. On peut voir dans ces débats convulsifs fondés sur des questions mal posées l’expression particulière d’une guerre culturelle planétaire 



[1] Philosophe, politiste et historien des idées, directeur de recherche au CNRS. Derniers livres parus : Court traité de complotologie, suivi de Le « Complot judéo-maçonnique » : fabrication d’un mythe apocalyptique moderne, Paris, Fayard/Mille et une nuits, avril 2013 ; (dir.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, PUF, mai 2013.

[2] Article paru (avec des coupures) dans Le Monde daté du 1er novembre 2013 (p. 17), sous le titre « Petites leçons pour éviter tout amalgame » (rubrique « Décryptages » : « L’“islamophobie” est-elle une illusion ? », pp. 16-17).  



Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Pierre-André Taguieff par Pierre-André Taguieff

Écrivain, essayiste, historien des idées politiques. Ring Wall of Fame.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique